Banque privée : Edmond de Rothschild recrute en Suisse avec parcimonie

eFC logo

Le Groupe Banque Privée Edmond de Rothschild vient d'annoncer ses résultats sur les six premiers mois de 2010, en hausse de 15% par rapport à l'exercice précédent. Durant le premier semestre, l'afflux net d'argent frais s'est élevé à 4,1 milliards de francs suisses. Indubitablement, l'établissement privé établi à Genève continue d'attirer de nouveaux clients. Et qui dit nouveaux clients dit nouveaux besoins en matière de professionnels, notamment en gestion de fortune. Nous avons contacté la direction des ressources humaines du groupe qui n'a pas donné de précisions sur le nombre de recrutements pour l'année 2010.

Elle affirme seulement que son taux de turn-over est l'un des plus bas de la place. D'après le dernier rapport annuel, les effectifs de la banque privée, répartis entre Genève, Fribourg et Lausanne, sont ainsi passés de 607 à 643 collaborateurs sur un an. Converti en emploi à temps complet, l'effectif mondial s'élevait à 1 570 collaborateurs fin 2009, contre 1 555 collaborateurs un an plus tôt, soit une augmentation de 5,3 %. Toutes proportions gardées, cette évolution est en phase avec les plus grands établissements de la place, puisque la division private banking de Credit Suisse, par exemple, a vu ses effectifs augmenter de 4 %, passant de 24 000 à 24 900 personnes.

Priorité à l'international

Il est fort à parier que des besoins en personnel se feront rapidement sentir à l'international. Notre développement international se poursuit en particulier par une demande d'agrément pour l'ouverture d'une succursale à Hong Kong , indique le groupe dans un communiqué. Doucement mais sûrement, le groupe place ses pions en Asie. Pour preuve, Edmond de Rothschild Asset Management Hong Kong est récemment devenue membre de l'Association pour l'Investissement Social et Responsable en Asie (ASrIA).

La fin annoncée du secret bancaire n'est sans doute pas étrangère à cette stratégie. Suivre le patrimoine très complexe d'une famille, indépendamment de l'aspect fiscal, est un domaine qui nécessite des compétences élevées, note Ariane de Rothschild, qui a fait carrière dans les salles de trading et siège au conseil de surveillance de la Banque privée Edmond de Rothschild à Genève (Mediapart). Accompagner de nouvelles fortunes restera donc une activité qui distinguera les banques suisses, même s'il est indispensable de s'internationaliser.

Beliebte Berufsfelder

Loading...

Jobs suchen

Artikel suchen

Close