Les banques européennes tentent d'anticiper la régulation sur les commodities

eFC logo

Emeutes de la faim, explosion des prix des denrées, faillites de céréaliers : les marchés de dérivés et de matières premières sont régulièrement pointés du doigt. Jugeant la réglementation européenne en la matière incomplète et inadaptée , les autorités françaises ont transmis à la Commission européenne un document d'une cinquantaine de pages qui formule des propositions de régulation de ces marchés dans la perspective de la présidence du G20 que Paris assurera à partir du mois de novembre.

Étendre la régulation aux matières premières est possible et souhaitable et c'est indispensable. Nous n'avons pas à financer la spéculation. Qu'on ne vienne pas me dire que c'est de l'économie de marché, personne ne sait comment fonctionne ce marché, personne ne connaît ses intervenants et personne ne comprend comment il fonctionne , a déclaré Nicolas Sarkozy à la dernière Conférence des Ambassadeurs.

Plusieurs médias américains financiers ou généralistes (Wall Street Journal, CNBC, New York Times, etc.) sont allés demander aux professionnels des Dérivatives eux-mêmes ce qu'étaient les Dérivatives. Pas un seul n'a pu donner une définition satisfaisante et complète, et 80% des traders et banquiers interrogés ont avoué ne comprendre que 50% au mieux du fonctionnement des Dérivatives , reconnaît Olivier Chazoule, avocat international spécialisé dans la finance (Agoravox.fr).

Cap vers l'Asie

Le durcissement des règles pourrait affecter l'emploi sur les principales places européennes comme Genève, Londres, et dans une moindre mesure Paris. D'ores et déjà, Credit Suisse va développer ses activités commodities business en Asie, notamment du fait du renforcement de la régulation à l'Ouest , indique Alexander Toone, responsable des commodities pour la zone Asia-Pacific (Reuters).

Des établissements britanniques (comme Standard Chartered) et français (Société Générale) ont eu le même réflexe. Et ce n'est sans doute qu'un début. Dans le cadre de la réorganisation de son activité Global Equities and Commodity Derivatives, BNP Paribas Corporate & Investment Banking vient d'annoncer dans un communiqué la mise en place d'une entité dédiée aux marchés émergents.

Enfin, la France propose la création d'une entité dédiée, à l'image de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) américaine. Car dans ce domaine, les Etats-Unis semblent avoir une longueur d'avance. Des sources citées par Bloomberg et Wall Street Journal annoncent que JP Morgan anticiperait la loi Volcker, et fermerait sa cellule de trading commodities, tradant sur les fonds propres de la banque, prenant ainsi exemple sur Citigroup qui a déjà cédé son pôle de trading de matières première, Phibro, il y a un peu moins d'un an. Une leçon tirée de la crise, qui serait étudiée par l'Union européenne mais ne serait peut être pas adaptable au système européen, d'après Michel Barnier (Money Week). Pas sûr que cela suffise à rassurer les professionnels des commodities en Europe...

Beliebte Berufsfelder

Loading...

Jobs suchen

Artikel suchen

Close