☰ Menu eFinancialCareers

Secret bancaire : la Suisse tente difficilement de faire figure de bonne élève

Selon le Frankfurter Allgemeine Zeitung, un informateur a proposé au fisc allemand de lui vendre une liste de 1 500 contribuables ayant caché des fonds en Suisse. Cette nouvelle affaire d’évasion fiscale entre la Suisse et l’Allemagne a été jugée inquiétante par Michel Dérobert, secrétaire général de l’Association des banquiers privés suisses (ABPS). Surtout, elle vient s’ajouter à plusieurs scandales qui ont ébranlé la Confédération helvétique ces derniers mois, faisant apparaître un secret bancaire de plus en plus poreux.

Les clients étrangers savent désormais que les banques helvétiques n’offrent plus de protection solide contre l’évasion fiscale. Nous devons maintenant construire une place financière durable , explique Alain Berset, le conseiller aux États (La Tribune de Genève).
Certains n’ont d’ailleurs pas attendu ce nouveau scandale pour prendre la poudre d’escampette. De riches clients privés d’Europe et du Moyen Orient ont transféré leurs avoirs de la Suisse vers l’Asie , indique Renato de Guzman, responsable du private banking chez Oversea-Chinese Banking Corp (OCBC) qui vient de racheter la division banque privée du néerlandais ING (Bloomberg ).

Politique de coopération

L’accord amiable signé en août entre Berne et Washington a été rendu caduque la semaine dernière par une décision du Tribunal administratif fédéral, selon lequel le document n’autorise pas la Suisse à violer le secret bancaire pour des cas d’évasion fiscale. Le gouvernement suisse a néanmoins indiqué qu’il allait tout mettre en ceuvre pour sauver l’accord qui prévoit que la banque livre au fisc l’identité de 4 450 clients américains soupçonnés de fraude fiscale.

Enfin, concernant le différend avec la France sur le vol de données confidentielles sur des clients de la filiale helvétique de la banque HSBC, nous avons trouvé un accord , a indiqué en marge du Forum économique mondial de Davos Hans-Rudolf Merz, conseiller fédéral suisse en charge des Finances, Quoi qu’il en soit, le chemin à parcourir pour restaurer la confiance et éviter l’hémorragie des clients privés risque encore d’être long…

Kommentare (0)

Comments

Ihr Kommentar wird gerade geprüft. Nach erfolgreicher Prüfung wird es live gestellt.

Antworten

Pseudonym

E-Mail

Alle Informationen zu unseren Community-Richtlinien finden Sie hier