☰ Menu eFinancialCareers

Au second trimestre, les bénéfices du Credit Suisse atteignent encore le milliard

Le Credit Suisse appartient indiscutablement à l’élite mondiale de ceux auxquels la crise profite. Comme avant elle Goldman Sachs et quelques autres grandes banques américaines, la grande banque suisse a profité du réveil de l’investment banking. Après les bénéfices du premier trimestre, ceux du second s’élèvent confortablement à 1,6 milliard de francs suisses.

À la suite de mesures d’assainissement rigoureuses qu’il a subies, le département d’investment banking a, en effet, pu quintupler le bénéfice trimestriel 2009 (1,6 milliard de francs suisses) par rapport au même trimestre de l’année passée (301 millions). Comme dans le cas d’autres banques d’investissement, cet excellent résultat est dû à l’explosion des produits d’intérêts, de devises, d’actions, du marché secondaire des produits hypothécaires titrisés ainsi que du négoce de dérivés de crédits.

En profiteront ceux qui ont survécu à la purge : le salaire moyen par salarié a augmenté au premier semestre de 50 %. Combien en percevront-ils directement ? L’an dernier, plus des deux tiers des primes distribuées aux hauts cadres l’ont été sous forme de titres bloqués pendant cinq ans, avec comme résultat pour les intéressés, une totale opacité quant aux montants finalement perçus.

Par contre, les collègues de la banque privée et de la gestion d’actifs devront à nouveau se contenter d’une participation aux bénéfices relativement modeste.

En effet, le résultat avant impôts de la banque privée (gestion de fortune et banque commerciale) a fondu de 23 % pour atteindre 935 millions de francs suisses. Alors que la baisse des commissions ramenait le résultat de la gestion de fortune à 662 millions de francs suisses (soit une baisse de 20 %) au second semestre, la banque commerciale ne générait plus qu’un bénéfice de 273 millions de francs suisses, enregistrant ainsi une baisse de 30 %.

La gestion d’actifs a réalisé son turnaround : après une perte de 490 millions de francs suisses au premier trimestre, le bénéfice atteint 55 millions au second.

Le patron du groupe, Brady Dougan, se montre foncièrement optimiste, mais ne veut pas exclure la possibilité de nouvelles difficultés : Dans nos métiers, il faut tenir compte d’une labilité persistante de l’environnement.

Kommentare (0)

Comments

Ihr Kommentar wird gerade geprüft. Nach erfolgreicher Prüfung wird es live gestellt.

Antworten

Pseudonym

E-Mail

Alle Informationen zu unseren Community-Richtlinien finden Sie hier