☰ Menu eFinancialCareers

Bilan 2010 : les secteurs en hausse

Après une année 2009 difficile en raison des menaces sur le secret bancaire suisse et des amnisties fiscales proposées par plusieurs pays européens, la place financière suisse a retrouvé son dynamisme. Les banques font preuve d’une capacité intacte d’attirer des capitaux malgré la crise et les différends fiscaux , s’est récemment félicité Bernard Droux, président de Genève Place Financière, à l’occasion de la publication de l’enquête conjoncturelle 2010-2011 réalisée auprès de 60 % des établissements financiers genevois.

Et si les faibles performances des marchés boursiers, la hausse des coûts salariaux, la très forte concurrence et une réglementation de plus en plus lourde contribuent à réduire les marges, il y a encore des marchés à prendre et le franc fort a une influence relativement positive poursuit-il. Notamment dans les secteurs suivants :

Private Banking

D’après les chasseurs de têtes, les deux grands établissements bancaires du pays – Credit Suisse et UBS – recrutent encore tandis que les petits et moyens établissements profitent de l’occasion d’une accalmie des embauches pour attirer les talents.

Même si les plus grandes banques ont réduit les embauches, les structures plus petites ont recruté, confirme Federico Quinto, associé au sein du cabinet de chasse genevois Norman Alex. Nous constatons que le plus gros de la demande concerne les banquiers privés ayant une expérience des marchés émergents, en particulier sur l’Europe de l’Est, le Moyen-Orient et l’Amérique latine .

Beaucoup de banques privées suisses sont actuellement confrontées à un vrai problème de rétention des talents, avec de nombreux candidats locaux qui sont partis vers des sociétés internationales , explique pour sa part Christian Sulger Buel, directeur du cabinet de chasse Sulger Buel & Co spécialisé en gestion de patrimoine.

Finance d’entreprise

C’est dans la finance d’entreprise – et notamment les services financiers aux grands groupes – que le vivier d’emplois est le plus important et que se trouvent actuellement les opportunités d’embauches. Lorsque des grands groupes comme Alstom, Johnson & Johnson, Dow Chemical, Baxter, Nissan… décident d’établir leur direction financière dans des cantons à fiscalité attractive, ce sont des milliers d’emplois qui sont concernés , explique Guy de Brabois, Country Manager Switzerland chez Robert Walters basé à Zurich.

Directions financières, services financiers, consolidation, reporting, audit, contrôle de gestion, tax league sont autant d’activités qui recrutent et à tous les niveaux : de l’analyste débutant au directeur senior. Pour pouvoir saisir les opportunités de croissance actuelles, il faut investir surtout dans le recrutement de collaborateurs , explique Markus Koch, responsable Business Restructuring chez PwC Suisse qui a mené une enquête auprès de 50 banquiers suisses spécialisés en recovery.

Du côté des entreprises et des banques, la demande d’évaluation indépendante de la situation initiale et des scénarios futurs – dans le cadre d’un IBR (Independant Business Review) – a fortement augmenté au cours des six à douze derniers mois , confirment Patrick Amstutz et Reto Brunner, spécialistes IBR chez PwC Suisse.

Trade & Commodities

Genève est le leader mondial dans le financement du commerce international (trade finance) et des matières premières (commodities). Elle accueille environ 400 sociétés de trading qui réalisent plus de 700 milliards de dollars de chiffre d’affaires , se plaît à rappeler Daniel Loeffler, responsable du Service de la promotion économique de Genève.

Il y a aujourd’hui des besoins très importants en traders et en banquiers. Comme le marché est trop étroit, la solution est d’aller chercher un candidat de l’autre côté de la rue ou ailleurs , explique Jacques-Olivier Thomann, responsable de l’activité de financement des matières premières chez BNP Paribas en Suisse.

L’embauche au sein de sociétés de trading de matières premières en Suisse s’est accélérée récemment, confirme Guy de Brabois. Elles sont cependant de plus en plus en quête de talents plus sophistiqués, plutôt que de purs flow traders .

Les place financières suisses

Zurich et Genève figurent désormais dans le top 3 européen, juste derrière Londres, dans le classement semestriel Global Financial Centers Index. Zurich devient la première place financière d’Europe continentale en attirant les meilleurs traders qui reçoivent les bonus les plus élevés d’Europe , explique Marc Lamy, PDG et managing director, Boyden France. Quant à la place financière genevoise, elle a dans l’ensemble bien passé la crise en comparaison internationale , relève Nicolas Pictet, associé gérant de Pictet & Cie et vice-président de Genève Place Financière, avec 35 000 personnes travaillant dans le secteur financier.

Enfin, les expatriés qui cherchent à combiner carrière et qualité de vie ne seront pas déçus du voyage puisque Zurich et Genève arrivent dans le trio de tête dans la Worldwide Quality of Living Survey publiée en 2010 par le cabinet Mercer. Dernier attrait, et non des moindres : le coût de la vie en first class a chuté pour la deuxième année consécutive, selon l’édition 2010 du Stonehage Affluent Luxury Living Index.

Kommentare (0)

Comments

Ihr Kommentar wird gerade geprüft. Nach erfolgreicher Prüfung wird es live gestellt.

Antworten

Pseudonym

E-Mail

Alle Informationen zu unseren Community-Richtlinien finden Sie hier