☰ Menu eFinancialCareers

Le va-et-vient des banquiers entre Londres et la Suisse bat son plein

Après les hedge funds et autres fonds de capital investissement, c’est au tour des banques basées à Londres d’étudier sérieusement la possibilité de faire migrer une partie de leurs équipes vers la Suisse, afin d’échapper à la taxe exceptionnelle de 50 % sur les bonus de 2009 voulue par le gouvernement britannique. À commencer par les deux plus grosses banques helvétiques qui, d’après des sources confidentielles, examineraient de près cette option, révèle l’hebdomadaire suisse NZZ am Sonntag.

Ainsi, Credit Suisse pourrait ainsi transférer jusqu’à 200 employés de sa BFI de la City vers la Suisse tandis qu’UBS, qui avant la crise avait déjà rapatrié à Zurich le négoce des devises, étudierait depuis plusieurs mois l’opportunité d’un redéploiement. Si elles déplacent leur centre de gravité vers la Suisse, ce sera seulement de petites équipes et elles le feront discrètement , explique un professionnel (Les Échos, abonnement). Pour preuve, le porte-parole de Credit Suisse rappelle qu’ il y a constamment une évaluation de la répartition des effectifs entre les différents sites de la banque et qu’il est faux de supposer qu’il s’agit d’un transfert de Londres vers Zurich .

Mouvement bilatéral

Plus que le nombre absolu de postes rapatriés, c’est le changement de tendance qu’il faut observer, note NZZ am Sonntag. Dans le même temps, la City continue toujours d’attirer certaines banques suisses. Nous souhaitons relocaliser toute notre équipe Credit vers Londres. Certes, nous pourrions le faire à Paris, Amsterdam ou Francfort où les profils talentueux ne manquent pas, mais ici à Londres, vous pouvez constituer une équipe vraiment internationale du fait d’une plus grande diversité de profils et de meilleurs contacts avec le marché , reconnaît Stéphane Monier, responsable mondial du Fixed Income au sein de la banque genevoise Lombard Odier (Wall Street Journal).

Comble de l’ironie, Lombard Odier vient de recruter deux banquiers privés de chez Credit Suisse pour étoffer son bureau dédié à la zone Moyen Orient gérée depuis… Londres ! Nombreux sont nos gros clients au Moyen Orient qui ont des intérêts au Royaume-Uni. Leur dédier une équipe depuis Londres leur montre que nous sommes capables de leur fournir des conseils sur mesure et un portefeuille de gestion à travers nos bureaux de Londres, Genève et Dubai , indique Arnaud Leclercq, responsable des Marchés Émergents chez Lombard Odier (Trading Markets).

Kommentare (0)

Comments

Ihr Kommentar wird gerade geprüft. Nach erfolgreicher Prüfung wird es live gestellt.

Antworten

Pseudonym

E-Mail

Alle Informationen zu unseren Community-Richtlinien finden Sie hier