OPINION : Les ingénieurs en informatique ne veulent plus coder !

eFC logo

Les développeurs n'ont jamais été aussi sollicités, notamment en finance de marchés. Pourtant le métier rebute, regrette Rodolphe Bellenguez, directeur associé de Cap Fi Technology*.

Vingt ans auparavant, l'ordinateur éveillait des passions dans la tête des étudiants brillant en maths. Aujourd'hui, l'ingénieur en informatique n'est plus un technophile. Aujourd'hui, un simple composant J2EE ou NET fait le travail pour vous. Résultat: plus besoin de mettre les mains dans le cambouis mais la tâche, ainsi réduite, en est aussi beaucoup moins satisfaisante. De fait, la programmation est devenue plus orientée métier (celui de l'utilisateur).

Au niveau professionnel, l'ingéniosité se retrouve alors dans la passerelle métier -logiciel et non plus dans la création du logiciel lui-même. D'où cette récente vocation pour le métier de maîtrise d'ouvrage. Le MOA, comme disent les SSII, c'est celui qui comprend le métier de l'utilisateur et l'explique ensuite aux développeurs. Avant, l'ingénieur communiquait avec son utilisateur final. Aujourd'hui, le MOA a le beau rôle: l'informaticien n'a plus qu'à faire du lego à partir de plans prémâchés!

On comprend aisément que notre future élite renâcle à apprendre la syntaxe des processeurs. L'informatique est devenue un métier banal, mondial et appris dans toutes les langues. Il sort autant d'ingénieurs en informatique chaque année des écoles indiennes qu'il y en a en exercice en France.

Devant ce fait, l'étudiant en informatique en France se demande quelle va être sa place demain dans l'entreprise. Où sont les postes clés en phase avec sa formation? J'ai pas fait les classes préparatoires pour taper du code toute la journée derrière un écran! Pourtant, dans des secteurs exigeants comme celui de la finance de marchés, la demande en développeurs n'a jamais été aussi forte.

Taper du code pour mieux évoluer

Les banques doublent ou triplent leurs effectifs afin d'avoir le système d'information le plus performant et le plus innovant: architecture NTiers, tenue de portefeuille en temps réel, ferme de serveurs pour le calcul de risques... Inutile de préciser qu'elles veulent les meilleurs et que le niveau technique des équipes informatiques doit flirter avec l'excellence. Or, en choisissant la finance comme secteur d'activité, un jeune ingénieur est disposé à taper du code pendant un an au mieux, afin d'évoluer rapidement vers du management ou de la maîtrise d'ouvrage. S'il possède des aptitudes à communiquer, il peut passer par le support utilisateur en salle de marchés avant d'évoluer. Nous ne parlerons même pas des ingénieurs ayant une bonne formation en mathématiques comme l'Ensimag (École nationale supérieure d'informatique et de mathématiques appliquées à Grenoble) et qui veulent être directement traders!

Qu'y a-t-il de plus stimulant intellectuellement: piloter un avion bardé d'assistance ou le concevoir?

L'outsourcing n'est pas un risque fort car la connaissance du métier est primordiale. Un DSI sous-traitera aisément la mise en place d'un outil de reporting mais ne confiera jamais son modèle de données à une société extérieure. De même que la proximité utilisateur est essentielle dans la réussite d'un projet métier: la preuve en est que la méthode de gestion du développement dite itérative -c'est-à-dire avec des cycles courts allers-retours entre la conception du logiciel et le client final- est en plein essor.

Le MOE, à la fois architecte, ouvrier et assureur de son ouvrage

Le métier d'informaticien doit retrouver ses lettres de noblesse. Dans les entreprises dépendantes comme les banques d'investissement, l'ingénieur d'études et développement -le MOE en langage SSII- n'est pas assis derrière son écran toute la journée. Il prend en charge la responsabilité d'une partie d'un projet, de la compréhension métier à la livraison et maintenance en production avec des objectifs de délais, sécurité, rapidités d'exécution et disponibilités très contraignants. Il est à la fois l'architecte, l'ouvrier et l'assureur de son ouvrage. C'est un métier qui s'adresse à des ingénieurs : excellente formation technique sur les nouveaux langages, les cycles de projets comme sur le métier et la gestion de la relation utilisateur. Seuls ceux qui se saliront les mains pourront prétendre à une évolution de carrière ascendante les mettant à l'abri du spectre du développeur quadragénaire.

* Cap Fi Technology est une société de conseil en informatique qui accompagne les banques d'investissement dans l'architecture et la mise au point de leurs systèmes de trading et de gestion des opérations de marchés.

Cet édito est une version résumée de l'article publié dans Programmez !, n° 100.

Close