Un banquier senior exprime publiquement son irritation vis-à-vis des juniors

eFC logo

La semaine passée, le nouveau rédacteur en chef de l'hebdomadaire Financial News indiquait que deux responsables de banques d'investissement européennes lui avaient confié combien la plupart de ses employés étaient médiocres.

Pour enfoncer le clou, d'autres banquiers seniors ailleurs dans le monde ont depuis fait part de leur mécontentement plus particulièrement à l'égard des juniors imbus de leur personne.

Premièrement, Mike Hurst, directeur général de Bendigo et Adelaide Bank (pas exactement une banque d'investissement, mais présente sur les marchés financiers) s'est plaint dans la presse australienne de ces agaçants vingtenaires:


Vous êtes assis en face de ces jeunes de 26 / 27 ans qui gagnent un demi million de dollars et ils vous sortent : Voilà ce qui va se passer dans les trois prochains mois - qu'allez-vous faire et quels chiffres dois-je entrer dans mon doc Excel...

Il n'y a aucune attention portée à la stratégie ou au temps nécessaire pour évaluer certains effets [ou] ce que cela signifie pour l'organisation en termes de plus-value. C'est frustrant - Je reste assis là, à entendre ce qu'ils ont à dire, puis je sors en me secouant la tête.

Pendant ce temps, John Taft, le président de la Securities Industry and Financial Markets Association aux Etats-Unis ne se montrait pas très tendre à l'endroit des détenteurs d'un MBA, possiblement moins affectionnés que par le passé, qui pensent toujours que leur qualification leur ouvrira toutes les portes.

Il a déclaré à CNBC que la valeur du diplôme MBA est probablement surestimée. Pour que celui-ci soit utile, il doit être accompagné d'un ensemble plus large de compétences et de qualités, et plus comme un simple titre adossé à votre nom.

Aussi, selon John Taft, les réductions d'effectifs affecteront probablement tous les niveaux, y compris les professionnels expérimentés et dotés d'un coûteux MBA.

Quelles conclusions en tirer ? Si vous hésitez à vous lancer pour un MBA, mieux vaut songer à investissir dans une autre qualification moins onéreuse. Vous pouvez toujours persister pour faire un MBA, mais dans ce cas il serait peut-être plus raisonnable d'envisager de travailler au sein d'une autre industrie, dans la mesure où les banques ne seront plus en mesure de générer les profits qu'elles réalisaient par le passé, comme le suggère Mike Hurst.

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close