Dexia réduit la voilure

eFC logo

Dexia a annoncé, le 30 janvier 2009, diverses mesures destinées à surmonter la crise actuelle le mieux possible. Ces mesures comportent notamment l'arrêt des activités lointaines (Australie, Mexique, Inde...). En 2009, le montant des rémunérations des dirigeants est diminué. Le management ne recevra pas de bonus lié à l'année 2008.

La mesure qui a retenu le plus l'attention est la suppression de 900 emplois (équivalents temps plein) à l'échelle du groupe. En Belgique, cela devrait concerner environ 350 postes. Ulrike Pommée, porte-parole, n'a pas de détails supplémentaires à communiquer, mais elle annonce malgré tout une bonne nouvelle : Même si nous avons mis un quasi-arrêt à l'embauche, pour quelques fonctions très spécialisées, nous continuons à recruter.

Le communiqué comportait une information passée relativement inaperçue : la réorganisation des activités de trading. Le groupe Dexia va passer de quatorze à deux salles de marché : Bruxelles, qui sera la plus importante, et Dublin qui s'occupera des run-off portfolios. Selon Ulrike Pommée, cette réorganisation entraînera des pertes d'emplois .

Les représentants des syndicats ont chacun leur estimation sur la proportion de pertes d'emplois qui ne seraient pas des non-remplacements de départs en retraite. Leurs chiffres varient de 100 à 265 personnes.

Frédérique Tavernier, déléguée syndicale, pense savoir que les 350 pertes d'emplois seront réparties entre 250 départs en retraite et une centaine de licenciements. Ces licenciements concerneraient des services qui auraient dû être réaménagés de toute façon : les personnes chargées de l'encodage des virements papier par exemple. La préoccupation principale de Frédérique Tavernier ne concerne pas le court terme : nous ne savons absolument pas ce qui nous attend pour 2010. Le manque d'informations en notre possession nous inspire quelques craintes.

Close