Le recrutement à nouveau en tête des priorités des banques en Belgique

eFC logo

Le marché de l'emploi en finance belge reprend bel et bien des couleurs, et ce malgré les études du moment et la dernière annonce de 665 suppressions d'emplois chez Dexia, dont 385 en Belgique. Chiffres à l'appui : Paribas Fortis, ING Belgique et KBC, à elles seules, ont recruté près de 2.200 personnes depuis le début de l'année, selon le journal L'Echo.

Et la saison des recrutements n'est pas terminée. BNP doit embaucher encore plus de 360 personnes pour atteindre ses objectifs annuels de 1.250 recrues. L'organisation d'une journée spécifique orientée sur le recrutement de nouveaux collaborateurs, prévue prochainement, devrait l'y aider.

Outre les postes de commerciaux, il est à parier qu'un certain nombre de fonctions informatiques y seront proposées. L'intégration de BNP Paribas et Fortis, toujours en cours, représente au total 1.200 grands projets, soit 700.000 journées de travail IT, selon son ex-CIO, Lieve Mostrey. Une opération qu'elle a récemment comparée au remplacement du moteur d'un avion en plein vol .

Retour progressif à la normale

De son côté, ING-Belgique a recruté déjà 800 personnes depuis janvier et a l'intention d'en engager 200 autres d'ici la fin de l'année. Enfin, chez KBC, une centaine d'embauches sont encore au programme pour 2010, alors que 500 ont déjà été réalisées.

Rappelons enfin que le bancassureur indépendant Argenta a annoncé mi-septembre le recrutement de 50 nouveaux agents indépendants.

Si bien que le marché de l'emploi serait ainsi en train de se rapprocher de son niveau d'avant crise, selon Febelfin, la fédération bancaire. Une nouvelle qui est de bon augure, alors que 2009 avait accusé une baisse de 4,5% sur un an du nombre de salariés dans les banques en Belgique.

Les assureurs et les asset managers dans une même dynamique positive

Au-delà des banques, les annonces de développement de sociétés financières en Belgique se multiplient. Dans le secteur de l'assurance, Delta Lloyd a récemment annoncé son développement en Belgique. Nous nous tournons entre autres vers le marché belge. Si l'on examine les différentes pièces du puzzle, c'est là que nous devons à présent agir , a déclaré son CFO Emiel Roozen au journal De Financiële Telegraaf. L'entreprise pense tout d'abord au renforcement des canaux de vente. Parallèlement, alors que le groupe a récemment cédé ses activités néerlandaises de private banking, il a rappelé l'importance de cette activité en Belgique, insistant sur le fait que ce segment étant en forte croissance .

Dans l'asset management cette fois, Edmond de Rothschild est la dernière société à avoir fait connaître ses velléités sur le marché Benelux, en particulier la Belgique.

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close