☰ Menu eFinancialCareers

150 emplois supprimés chez KBC Equities : info ou intox ?

Comme les autres banques belges, KBC a récemment publié ses résultats du premier trimestre 2008, qui ont fait dire à André Bergen, CEO du groupe : On ne peut parler d’un début d’année en fanfare. Ce début d’année difficile pour toutes les banques semble bien avoir eu chez KBC des conséquences directes sur l’emploi, plus précisément au sein de sa division Equities.

Selon l’hebdomadaire britannique Financial News, qui ne cite pas sa source, 150 emplois seraient supprimés dans la division Equities dans le monde. Un chiffre que Stef Leunens, responsable de la communication, conteste. Selon lui, il y aurait effectivement eu environ 50 départs dans l’ensemble du groupe KBC dont une vingtaine à Londres et 30 autres dans le reste du monde (Asie, USA, etc.). Toutefois, la banque indique qu’elle tient à l’expérience et à la compétence de ses collaborateurs et assure continuer à embaucher. 400 embauches ont déjà eu lieu depuis le début de cette année. Chiffre qui devrait être doublé d’ici fin 2008.

Dans ce contexte, il faut se demander si le chiffre de 150 départs ne concerne pas plutôt des changements au sein de la division Equities (glissements en interne vers d’autres divisions et départs additionnés) ou s’il concerne bel et bien 150 départs secs. Beaucoup d’acteurs du recrutement sont étonnés par ce chiffre. C’est quand même un peu beaucoup ! , nous a confié un consultant spécialisé sur le secteur bancaire en Belgique. D’autres pensent que cela est vraisemblable dès lors qu’on regarde les suppressions de postes à Londres : Un total de 6 500 postes vont être éliminés d’ici à la fin du mois de juin, sachant que 4 000 ont déjà été supprimés , calcule le quotidien londonien Evening Standard.

commentaires (3)

Comments
  1. A qui profite le crime ? Je me demande qui est la personne “bien intentionnée” qui a cru que répandre cette information serait amusant. KBC a connu un trimestre pas extraordinaire, certes, mais on est loin de la Société Générale ou de Northern Rock. Dans ce contexte, 150 départs dans une seule division serait énorme.

  2. Ecouter une personne qui a soi-disant une information intéressante est une chose, vérifier et recouper cette information avant de la publier en est une autre que les journalistes feraient mieux de pratiquer plus souvent. Bienvenue à l’heure d’Internet : les informations vraies ou fausses circulent désormais à toute vitesse…

  3. 150 départs en Belgique serait effectivement énorme, mais 150 sur l’ensemble du groupe KBC serait conséquent mais moins énorme. Je m’interroge sur cet intérêt porté à KBC alors que l’actualité sociale devrait en toute logique être animée par Fortis. Comment comptent-ils absorber leur partie de ABN Amro et garder tout le monde ? Dans un contexte de croissance et de bons résultats la chose serait déjà difficile, dans le contexte morose actuel, je me demande comment ils vont bien pouvoir faire.

    A l’approche des élections sociales, les syndicats sont franchement nerveux voire agressifs pourtant Fortis n’a pas connu de mouvement social. Je ne suis pas complètement certain que cette passivité syndicale perdure…

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici