☰ Menu eFinancialCareers

Les salariés de Dexia Banque Belgique travailleront désormais pour Belfius Banque et Assurances

Belfius

Dexia Banque Belgique (DBB) va devenir Belfius Banque et Assurances. « Tous nos bâtiments, nos agences, nos sites web ainsi que nos produits et services seront progressivement dotés de ce nom. Dans un souci d’économie, nous avons opté pour une concrétisation en différentes phases plutôt que pour un restyling à la fois onéreux et précipité », a déclaré Jos Clijsters, président du comité de direction de Dexia Banque Belgique lors d’une conférence de presse à Bruxelles, qui précise que l’ensemble du rebranding coûtera quelque 35 millions d’euros.

Le nouveau nom est le résultat d’un trajet entamé fin novembre 2011. Sur plus de 4 000 propositions, dont 2 000 formulées par les collaborateurs, 130 propositions ont été examinées plus en détails et cinq ont été retenues. C’est le conseil d’administration qui a pris la décision finale. « Les plus romantiques d’entre nous ne pourront probablement pas s’empêcher d’associer “Bel” à beau, alors que les techniciens feront plutôt le lien entre “fius” et l’anglais “fuse”, soit un fusible (électrique). En termes plus imagés, nous arrivons également à “belle fusion”. En ce qui nous concerne, “Bel” fait plus simplement référence à la Belgique, “fi” aux finances et “us”, provenant de l’anglais, à “nous” », explique la direction de la banque.

Tourner la page de la crise

Depuis le démantèlement du groupe franco-belge Dexia, la banque belge cherchait un nouveau nom pour faire peau neuve. « La dénomination Dexia engendrait une trop grande confusion avec un groupe auquel nous n’appartenons plus », explique la banque. Il en faudra sans doute plus pour faire oublier les mauvaises performances de DBB qui a enregistré en 2011 une perte nette de 1,367 milliard d’euros, dominée par des amortissements sur des obligations d’Etat grecques (-1,305 milliard), une moins-value sur la vente du portefeuille de Dexia Asset Management (-147 millions), une moins-value liée au démantèlement du portefeuille d’investissement (-162 millions) et d’autres provisions, portant principalement sur le Holding Communal (-246 millions).

En outre, ce ne sont pas les défis qui manquent pour l’année 2012 : embaucher des administrateurs, diminuer le salaire des dirigeants, enrayer la baisse des dépôts ou bien encore louer les bureaux inoccupés. Sur ce dernier point, le gouvernement flamand étudie l’achat de la tour Rogier mieux connue sous l’appellation de tour Dexia afin de centraliser son administration à Bruxelles (7sur7.be).

« Si Belfius porte bel et bien encore le poids de son passé, je suis pleinement convaincu qu’à l’avenir, nous pourrons rectifier le tir », a affirmé Alfred Bouckaert, président du nouveau conseil d’administration. Les premiers résultats semblent lui donner raison : en l’espace de deux mois, les équipes commerciales des départements Public, Social et Corporate Banking ont, avec une croissance de plus de 13 %, ramené leur base de funding à son niveau d’avant la crise. Le réseau retail a contribué dans une large mesure au succès de l’émission de Bons d’État fin 2011, avant de poursuivre sur sa lancée avec une production de plus d’un milliard d’euros dans les Bons de Caisse pour les Projets Locaux. « Dans trois mois, ce nom sera passé tout à fait normalement », conclut Alfred Bouckaert, indiquant qu’on « ne parlerait plus de Dexia ».

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici