OPINION : Les quatre profils types des candidats en BFI

eFC logo

Les consultants des cabinets de recrutement rencontrent beaucoup de candidats tout au long de l'année. Certains nous rappellent combien notre métier est intéressant. D'autres nous rappellent que ce même travail peut être un supplice comparable à la sensation de la roulette d'un dentiste sur votre molaire alors que vous sentez la migraine cogner dans vos tempes.

Quoi qu'il en soit, tous les candidats peuvent être catégorisés parmi quatre grandes catégories. En tant que recruteur, cela rendrait ma tâche tellement plus intéressante si ce n'était pas le cas... Malheureusement, j'attends toujours que l'on me prouve le contraire.

1) Les perles rares

Que vous recrutiez sur le middle ou sur le front office, vous rencontrerez toujours des professionnels exceptionnellement intelligents. Ils ont le raisonnement numérique d'un Einstein combiné avec des qualités humaines rares et un charme déconcertant. Ils répondent aux appels, et disent s'il vous plaît et merci. Dans le Square Mile, j'en vois un total de deux et je les ai déjà placés.

2) Ceux qui exercent un "emploi que l'on pourrait faire"

Soyons clair, le product control n'est pas le meilleur métier au monde. En même temps, quand on entend combien un VP gagne pour accomplir la tâche socialement inutile d'entrer des chiffres dans de mornes spreadsheets tout en se gavant de gâteaux achetés chez Paul, ça ne paraît pas très compliqué. Oui, c'est bien ainsi que les product controllers décrivent leur job!

3) Les sympas mais inutiles

Ce sont les candidats qui répondent aux annonces, transmettent de manière proactive leur CV, trouvent nos dates d'anniversaire sur LinkedIn et nous envoient des cartes à cette occasion. Ils sont incroyablement polis, nous payent des cafés et nous disent combien nous sommes bons. Le problème ? Ils candidatent pour des emplois en risque de marché quand ils ont une expérience de dix ans dans une usine d'ours en peluche.

4) Les arrogants détestables

Ce sont ceux que nous préférerions éviter de placer. Peu importe combien ils nous font gagner en commissions. La joie de décrocher de généreux honoraires n'est rien comparée au plaisir d'assister à un dégonflement brutal de leur ego. Malheureusement, cela n'arrive jamais. Ces candidats ne sont jamais rejetés. L'espoir fait vivre.


Fred Bayer est un pseudonyme. L'auteur est un consultant en recrutement spécialisé dans l'industrie des services financiers à la City de Londres.

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close