Reprise de BNP Paribas par Fortis : combien de licenciements ?

eFC logo

La saga Fortis connaîtra un rebondissement important lors des assemblées générales des 28 et 29 avril. En préparation de ce rendez-vous décisif, les partisans du stand-alone redoublent d'efforts et dégainent, notamment, un argument lié à l'emploi.

La philosophie du scénario stand-alone présenté cette semaine conjointement par le cabinet Modrikamen et par Deminor consiste à faire jouer à Fortis Holding le rôle que BNP Paribas entend jouer dans la structure du groupe. Les deux acteurs du dossier affirment disposer d'une équipe de management qui n'attend que le vote des actionnaires dans leur sens pour sortir de l'anonymat.

Lors de la conférence de presse tenue en commun avec le cabinet Modrikamen, Pierre Nothomb, CEO de Deminor, a mentionné le chiffre de 5 000 licenciements chez Fortis en cas de reprise par BNP Paribas.

Bernard de Caters, Senior Analyst chez Deminor, mentionne un chiffre encore plus élevé. Pour obtenir ce chiffre, nous avons utilisé des données fournies par BNP Paribas sur le montant budgété sous l'appellation "Coût de restructuration". Ce montant est de 750 millions d'euros. En divisant ce chiffre par 100 000 euros par licenciement - ce qui est déjà très généreux -, on obtient le chiffre de 7 500 licenciements. Ventilé à raison de 150 millions d'euros pour le retail, ce chiffre de 750 millions d'euros est mentionné dans un document de BNP Paribas, daté du 6 octobre 2008, intitulé Fortis Belgium and Luxembourg : a Unique Opportunity to Expand BNP Paribas' Pan-European Footprint . Plus précisément, il se trouve à la page 19 du document :

BNP Parisbas

Contactée par téléphone, Christelle Maldague, porte-parole de BNP Paribas à Paris, se contente d'évoquer un périmètre qui a été modifié depuis le 6 octobre . Sollicitée pour de plus amples détails, elle a déclaré que BNP Paribas souhaite ne pas en dire davantage dans l'état actuel du dossier .

Close