RBS dit adieu au mid-corporate en Belgique

eFC logo

Pendant la crise, les conséquences du rachat d'ABN Amro par le consortium Fortis, RBS et Santander continuent. Les activités corporate tombent dans l'escarcelle de RBS tandis que le private banking est en bonne voie d'intégration dans Fortis. C'est dans ce cadre que la filiale belge d'ABN Amro va supprimer 30 emplois. La banque a annoncé lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire le 11 décembre (lalibre.be) son intention de procéder à un licenciement collectif.

Selon l'interlocuteur à qui l'on s'adresse, le licenciement collectif prochain change de nature. Pour Michel Funck, porte-parole de RBS, c'est une intention qui aurait été communiquée lors de ce conseil d'entreprise. Cette intention serait la conséquence à la fois des turbulences actuelles et d'une revue stratégique. La procédure actuellement engagée suit son cours, et il n'est pas possible de connaître la date à laquelle cette intention sera concrétisée ou non. Côté syndical, Filip Oosthuyse, représentant du syndicat LBC-NVK en charge du dossier, n'a guère de doutes sur la réalité de ces 30 licenciements chez ABN Amro Belgique. RBS a décidé de réorienter ses activités corporate vers les entreprises de grande taille et se sépare des 30 personnes qui s'occupent du mid-corporate, bien que cette activité soit rentable. Plus préoccupant, toujours selon Filip Oosthuyse, 80 personnes s'occuperaient actuellement de 3 gros clients corporate, et il est pessimiste sur leur avenir : Il ne faut pas être très intelligent pour voir que cette situation ne pourra pas durer éternellement.

Les emplois que RBS aurait l'intention de supprimer chez ABN Amro en Belgique ne seraient pas les seuls : la banque anglaise, qui a bénéficié d'un rachat de sauvetage par le Gouvernement britannique, a annoncé un plan global de 2 700 licenciements (WSJ).

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close