Administration des Finances : la réorganisation bat son plein

eFC logo

Il y a peu, une controverse portant sur un état de délabrement et désorganisation pas tout à fait involontaire de l'administration des Finances a pris place dans l'arène politique. Sans que cette querelle soit vidée, les choses semblent bouger pour le Service Public Fédéral Finances. Cette administration emploie - forcément - des fiscalistes, mais est actuellement demandeuse de profils ICT, juridique, économistes et des gestionnaire de projets. Michael Fontaine, porte-parole f.f. du Selor détaille : "Selon les prévisions d'embauche, le SPF Finances recrutera 700 personnes en 2009. Une partie sont des remplacements de départ en retraite, une autre partie résulte de la modernisation actuellement en cours".

Chris Michiels, vice-président du Syndicat Libéral de la Fonction Publique en charge du SPF Finances nuance : "il faut savoir qu'en principe 3 départs à la retraite sur 5 ne sont pas remplacés. Ces non-remplacements sont calculés sur base budgétaire. Le départ à la retraite d'un fonctionnaire ayant atteint un haut niveau de rémunération peut impacter la création de plusieurs postes moins rémunérés".

Le détenteur d'un diplôme universitaire peut accéder aux fonctions des rang A (les cinq rang les plus élevées dans la pyramide hiérarchique). Le SPF Finances a recours soit a du personnel en partie statutaire et en partie contractuel. Selon un document publié en marge d'un article sur lalibre.be, cette réorganisation doublée d'une modernisation de l'outil informatique se traduira notamment par "plus de responsabilité directe pour le manager. Le manager est donc responsable pour les résultats de son domaine stratégique et responsable "pour l'affectation optimale des moyens mis à sa disposition".

Close