Des traders commodities assistent à un cabaret spectacle glamour. So shocking ?

eFC logo
Line of Dancers Performing on Stage

Lors d'une conférence sur l'avenir de l'agriculture organisée la semaine dernière par l'European Commodities Exchange à Rouen, les participants ont eu droit après leur dîner à un spectacle cabaret mettant en scène des danseuses vêtues de strings et de soutiens-gorge à paillettes. Certains des traders présents ont publié des photos et une vidéo de la fête sur Twitter montrant des femmes en tenue légère dansant sur une scène au son de la musique, rapporte Bloomberg.

Le gala faisait partie du programme officiel de la conférence parrainée par de grandes entreprises françaises du secteur de l’agriculture et du commerce, notamment Euronext, Senalia (dont les représentants ont rappelé qu'ils n'avaient joué aucun rôle dans la planification de l'événement) ainsi que le groupe agro-industriel Soufflet qui, pour sa part, n’a pas souhaité faire de commentaires.

Contacté par Bloomberg au sujet de l'événement, Stéphane Menard, président de la Bourse de commerce de Rouen qui organisait la conférence, n'a pas souhaité lui non plus s'exprimer. Il a simplement rappelé que sa femme, qu'il a qualifiée de féministe, a trouvé l'événement « chic et approprié ». « C’était comme au Moulin Rouge, même si les danseuses, à peine vêtues, n'étaient pas seins nus » , a quant à lui déclaré Swithun Still, directeur de Solaris Commodities, une maison de trading agricole suisse.

Différence d'approche culturelle ?

La décision d’organiser un événement corporate à prédominance masculine avec des femmes à moitié nues souligne la divergence des points de vue sur ce qui est considéré comme acceptable dans un contexte de business. C’est particulièrement vrai en France, où les attitudes à l’égard du sexe et de la nudité sont plus libres et où il est courant de voir des femmes aux seins nus sur les couvertures des magazines dans les kiosques à journaux, explique Bloomberg.

Dans le pays des cabarets de renommée internationale comme le Moulin Rouge ou le Crazy Horse qui organisent régulièrement ce genre de spectacles à destination des corporates, personne ne s'émeut vraiment de la situation. Même si « dans l'idéal, nous aimerions élever un peu le niveau dans le monde professionnel », indique Véronique Saubot, présidente de Force Femmes, une association à but non lucratif qui promeut la gente féminine dans le monde de l’entreprise.

En revanche, les entreprises du Royaume-Uni ont abandonné en grande partie les événements torrides après que certains cas aient provoqué l’indignation de la population comme Le President’s Club, un organisme caritatif londonien, dissout en janvier après un reportage du Financial Times sur son gala de collecte de fonds réservé aux hommes, et où des femmes ont déclaré avoir été harcelées. Signe des temps ? Gerald Group, un trader en métaux qui organise depuis toujours une fête au Playboy Club, prévoit de choisir un autre lieu pour l’an prochain.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

Credit photo : Digital Vision./ gettyimages

A lire aussi…

Close