TÉMOIGNAGE : « Comment mes collègues masculins ont rendu stérile la banquière que je suis ».

eFC logo
Getting pregnant when you work in a bank

Je suis une femme qui travaille dans la banque. J'ai un grade de vice-president (VP) et j'ai passé près de dix ans de ma carrière dans la division investment banking (IBD) d'une banque européenne à Londres. Je suis à un âge où je suis susceptible d'être mère. J'aimerais vraiment avoir un enfant, mais je crois que ma carrière bancaire me rend difficile le fait même de procréer.

Lorsque vous êtes une femme au milieu de la trentaine, la fécondité ne va pas de soi. Si vous travaillez 80 heures par semaine et que vous êtes épuisée, concevoir un enfant ne se produit pas nécessairement aussi facilement que vous le pensez. Je le sais et je ne suis pas la seule à rencontrer ce problème.

Pour les femmes en finance, la lourde charge de travail, le stress élevé et le manque de sommeil rendent non seulement difficile la recherche d'un partenaire, mais sont également à l'origine de déséquilibre hormonal et de stérilité. Plus ma carrière se prolonge dans la banque, plus j'ai le sentiment de devoir faire un choix entre la capacité de concevoir ou la possibilité de devenir managing director (MD).

 Mes collègues masculins n'ont pas ce dilemme. Non seulement ils sont capables d’avoir des enfants facilement (souvent avec des femmes travaillant en dehors de la banque), mais le fait qu'ils fondent une famille rend encore plus difficile le travail des banquières dans mon cas.

Je m'explique : ces dernières années, plusieurs de mes collègues masculins ont fondé des familles. Tous ont posé un congé paternité (généralement d'un mois, parfois plus longtemps) et lorsqu'ils reviennent, s'attendent souvent à travailler un peu moins. Ainsi, on m'a récemment demandé de prendre en charge un projet supplémentaire d'un collègue devenu père - il a dit qu'il devait passer du temps avec son bébé et ne pouvait pas travailler autant que moi.

Je me retrouve coincée dans un cercle vicieux. Plus mes collègues masculins ont d'enfants, plus je suis censée les couvrir et plus il m'est difficile de concevoir. Vous pouvez aisément comprendre mon désarroi.

Il est temps que cette pratique soit discutée ouvertement. Beaucoup de femmes de mon âge dans la finance ont le même problème. Il n'est pas bienvenu pour elles de dire non lorsque tous les nouveaux pères (et il y en a plusieurs) s'attendent à ce que leurs collègues féminines encore sans enfants travaillent plus intensément qu'eux. Aucun de ces hommes ne prend le temps de comprendre les femmes avec lesquelles ils travaillent ni d’apprécier les sacrifices auxquels elles consentent.

Les hommes et les femmes sont différents. Les femmes peuvent travailler autant que les hommes, mais cela génère souvent un coût physique tangible. C'est pourquoi beaucoup de banquières seniors n'ont pas d'enfants. En comparaison, la plupart des banquiers ont des enfants. Certaines banquières choisissent de ne pas avoir d'enfants, mais pour beaucoup d'autres, elles subissent cette situation. Les hommes dans la banque doivent être plus sensibles à cela - et cesser de se vanter de leur future progéniture tout en s'attendant à ce que leurs collègues femmes sans enfants prennent le relais quand ils commencent à poser des congés supplémentaires.

Laura McDonald est le pseudonyme d'une banquière de rang VP à Londres

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close