Le recrutement d’alternants : un enjeu fort pour les banques

eFC logo
Business People Having a Meeting

les banques ont aujourd’hui plus que jamais besoin de cibler au plus tôt les jeunes spécialistes

Les grands groupes bancaires annoncent chaque année de forts volumes de recrutement, notamment en alternance, sur des postes tertiaires à haut niveau de qualification. Et quoi de mieux pour un étudiant en banque, assurance ou finance que de débuter sa carrière à la Société Générale, chez BNP Paribas ou au sein du Groupe Crédit Mutuel par exemple ? Formation, carte de visite, avantages en nombre et surtout garantie de bénéficier d’un réel tremplin professionnel. Ne ratez pas le coche, les recrutements en alternance, c’est maintenant !

L’alternance en 2018 : une clé pour pallier les difficultés de recrutement

On a longtemps associé apprentissage et formations techniques peu qualifiées. Mais depuis près de 10 ans, le visage de l’alternance évolue : de plus en plus d’écoles proposent des formations Bac+4 et 5 spécialisées, en alternance. Une aubaine pour de nombreuses entreprises, dont les banques. Confrontées à de réelles difficultés de recrutement sur les nouveaux métiers liés à la transformation numérique (IT notamment) et sur les postes de commerciaux « augmentés », les banques ont aujourd’hui plus que jamais besoin de cibler au plus tôt les jeunes spécialistes dont elles auront besoin, afin de les intégrer à leurs effectifs et rester compétitives. Et pour ce faire, il est important de ne pas rater le coche ! Pour s’assurer de capter les meilleurs talents, il est essentiel d’allouer des ressources à temps plein au recrutement d’alternants et d’apprentis, de préférence de mars à juillet.

Une insertion professionnelle facilitée pour les jeunes, un enjeu stratégique pour les banques

Les jeunes professionnels sont souvent confrontés au même problème dans leur recherche d’emploi : le manque d’expérience. L’alternance est en ce sens un réel facilitateur d’insertion professionnelle. Les alternants se présentent en effet sur le marché du travail avec 1 à 3 ans d’expérience au compteur ; un avantage non négligeable, d’autant plus lorsque l’on a pu effectuer son alternance au sein d’entreprises de renom. Dans le secteur bancaire, la concurrence est rude et tout profil ayant évolué à la « Générale » sera bien accueilli à la BPCE ou au Crédit Agricole, et inversement.

En Ile-de-France, près de 80% des apprentis du secteur bancaire sont ainsi recrutés à la fin de leur formation, et il n’y a rien de surprenant à cela. L’embauche d’apprentis ou d’alternants est en effet un enjeu stratégique : elle permet à l’établissement bancaire d’identifier assez tôt les forts potentiels et de préparer leur intégration en CDI en fin de mission en capitalisant sur la formation. Formation aux outils et process de l’entreprise d’une part, mais aussi exposition à la culture et aux valeurs de la structure pour garantir la rétention d’un futur collaborateur ; il s’agit d’activer tous les leviers qui permettront d’assurer le transfert de compétences, la montée rapide en responsabilité de jeunes professionnels et donc la performance globale de l’entreprise.

Candidats, équipes RH : à vous de jouer !

L’auteure :

Marie-Hélène Agard, directrice des recrutements sur les métiers de la Banque chez Page Personnel.

Marie-Hélène Agard a commencé sa carrière comme Consultante au sein de la division Finance de Page Personnel où elle a eu la responsabilité de relancer un bureau en Ile-de-France avant d’intégrer les métiers de la Banque en 2008 et de devenir Directrice de la division Banque puis Assurance trois ans plus tard. En 2014, elle est devenue Directrice Senior et a également pris la responsabilité de la division Public & Parapublic en 2015. Suivez-la sur Twitter !

Crédit photo : sanjeri / gettyimages

A lire aussi…

Close