Voici les différentes stratégies de développement (et de recrutement) des banques suisses en France

eFC logo
French And Swiss Flag Pair On A Desk Over Defocused Background

Vous rêvez de travailler pour une banque suisse sans quitter l'Hexagone ? Ce n'est pas forcément une mauvaise idée surtout que Genève est une place financière moins facile d'accès qu'elle n'y paraît pour les candidats francophones. Sans parler des erreurs récurrentes que commettent les candidats étrangers en Suisse sur leur CV ou pendant leur entretien d'embauche

Reste encore à savoir à quelle porte frapper. Voici donc les stratégies de développement et de recrutement pour la France des deux principaux groupes bancaires helvètes UBS et Credit Suisse. Rien ne vous empêche cependant de postuler pour un établissement financier plus petit.

UBS en mode développement

Signe de son engagement sur le marché hexagonal, UBS va investir 15 millions d’euros jusqu’en 2020 dans la digitalisation et la simplification de processus opérationnels de sa filiale française qui emploie 383 personnes et assure avoir doublé ses actifs en France depuis 2012.

« A mon arrivée, nous gérions environ 8 milliards d’euros d’actifs. C’est 17 milliards aujourd’hui », a déclaré Jean-Frédéric de Leusse, président du directoire d’UBS France, lors d’un point presse organisé par l’Association des journalistes économiques et financiers.

Sur son site carrières, la banque propose une vingtaine de postes en CDI à pourvoir en France, principalement dans les activités de Wealth Management (conseiller financier, sales, spécialistes des risques..) et dans les Opérations (département Titres, fonctions support,...).

Paris non grata chez Credit Suisse ?

Fin février, des sources proches de Credit Suisse ont indiqué que le géant bancaire suisse privilégierait Francfort ou Madrid plutôt que Paris comme point de chute post-Brexit possible de 250 de ses banquiers d’investissement actuellement basés à Londres. Officiellement, cependant, rien n’a encore été décidé. « Credit Suisse continue d’étudier ses options quant au meilleur moyen de maintenir l’accès aux marchés et aux clients de l’UE en tirant parti des infrastructures existantes en cas de Hard Brexit », a déclaré un porte-parole de la banque.

En attendant, présent dans la banque d'investissement, la banque privée et la gestion d'actifs, Credit Suisse a renforcé l'an dernier plusieurs de ses métiers en France via des recrutements de banquiers seniors à Paris.

Ainsi, l'été dernier, Credit Suisse France a annoncé la nomination de John Senouf, 51 ans, en qualité de banquier privé senior au sein de l’équipe Private Banking France. « L’arrivée de John Senouf permet à Credit Suisse France de renforcer encore son équipe en charge de la clientèle privée et de confirmer son positionnement haut de gamme, offrant à nos clients des solutions sur-mesure à toutes les étapes de leur vie », déclarait alors Gilles Dard, directeur de la banque privée pour la France, la Belgique et le Luxembourg.

En septembre dernier, Credit Suisse recrutait l'ex-patron de Deutsche Bank à Paris, Bruno Hallak, 50 ans, comme vice chairman EMEA au sein de l’équipe Investment Banking and Capital Markets (IBCM). « Son arrivée illustre la volonté de Credit Suisse de tirer parti de toutes les opportunités de croissance en France, marché clé pour la banque, et en Europe », avait alors déclaré Bruno Angles, président de Credit Suisse France et Belgique au sujet de cette nomination.

Small is beautiful

Vous savez donc où postuler chez UBS ou Credit Suisse. Cela dit, rien ne vous empêche de candidater chez une banque plus petite. A titre d'exemple, pourquoi pas chez Bordier & Cie (France) qui, fort d’une équipe de 10 gérants et banquiers privés, conforte sa place de nouvel acteur de référence de la gestion de fortune en France. La filiale française de Bordier & Cie, Banquiers Privés genevois depuis 1844, vient ainsi d'annoncer l’arrivée de Henri Assila, 48 ans, en tant que Directeur de Clientèle Privée. « Son arrivée illustre le renforcement de nos compétences mais aussi la poursuite de notre développement auprès des dirigeants d’entreprises cotées et non cotées », indique Christophe Burtin, Directeur Général de Bordier & Cie (France) S.A.

Diplômé d’un Doctorat d’Histoire à l’Université Paris IV Sorbonne, d’un Master of Science en Relations Internationales de la London School of Economics et du DU de Gestion de Patrimoine de Clermont Ferrand Henri Assila a notamment travaillé chez Merrill Lynch à Paris en 1998 comme consultant financier puis conseiller en gestion de patrimoine indépendant en 1999 chez Globinvest à Paris avant de rejoindre en 2003 le département Cadres Dirigeants de la Banque Transatlantique (Groupe CIC Crédit Mutuel), dont il est devenu Directeur en 2007.

Crédit photo : MicroStockHub / gettyimages

A lire aussi…

Close