☰ Menu eFinancialCareers

L’ex-chef d’État-major des armées rejoint un prestigieux cabinet de conseil en stratégie à Paris

Pierre de Villiers

Pierre de Villiers

L’ancien chef d’État-major des armées Pierre de Villiers, 61 ans, qui avait démissionné de ses fonctions en juillet 2017 en raison de son désaccord avec Emmanuel Macron sur les coupes budgétaires dans l’armée, rejoindra à compter du 3 avril prochain l’antenne parisienne du cabinet de conseil Boston Consulting Group (BCG) en tant que senior advisor.

BCG s’offre ainsi les services de celui qui a été le plus jeune général cinq étoiles de l’armée. Saint-cyrien, Pierre de Villiers a notamment servi au Kosovo (1999) et en Afghanistan (2005). En tant qu’officier de l’armée de Terre, il a alterné les fonctions opérationnelles à la tête d’unités blindées et les passages à l’état-major des armées, avant de devenir chef d’État-major des armées de 2014 à 2017.

Des profils militaires courtisés

« Les cabinets de conseil en stratégie ont la réputation d’être parmi les recruteurs les plus exigeants dans leurs recrutements », rappelle Michael Ohana, fondateur et dirigeant d’AlumnEye, spécialiste de la préparation aux entretiens en investment banking et conseil en stratégie. « Intégrer ce type de cabinet est un véritable parcours du combattant ».

Un parcours du combattant dont a sans doute été dispensé le général Pierre de Villiers au vu de son passé militaire et de sa notoriété, celui-ci ci étant l’auteur du livre Servir, vendu à 150.000 exemplaires. D’autant plus que les établissements financiers se montrent particulièrement friands de haut gradés de l’armée.

En septembre dernier déjà, SocGen nommait en tant que Directeur de la Sécurité du Groupe… un général de l’armée de l’air. Mais quel est donc l’intérêt pour des banques ou des cabinets conseils de recruter de tels profils ?

Un débouché naturel…

Le général de Villiers apportera « sa riche expérience en matière d’analyse des situations et des risques, de transformation des organisations et d’efficacité opérationnelle », indique le BCG dans un communiqué. « La maîtrise et la gestion d’organisations complexes seront très précieuses aux grands groupes, clients du BCG ».

L’armée est un apporteur précieux de méthodologie et de valeurs fortes en termes de management pour les banquiers. Les business schools elles aussi se mettent à l’heure militaire pour que leurs étudiants soient encore plus résistants face à l’adversité. « Aujourd’hui, lArmée est devenue tendance », reconnaît Véronique Bouzou, enseignante et auteure de Génération Treillis.

Quant au principal intéressé, premier chef d’Etat-major – la plus haute fonction de l’Armée – à intégrer le privé, il s’est déclaré « très heureux de la perspective d’aider les grandes entreprises dans leurs transformations ». Après sa démission, Pierre de Villiers avait créé une société par actions simplifiée à associé unique dont l’activité portait sur le « conseil pour les affaires et autres conseils de gestion ».

Ce qui est certain, c’est qu’il est loin d’être le seul dans ce cas. Le site d’actualités Zone Militaire rappelle qu’en 2016, sur la centaine de généraux qui ont contacté la Mission Retour à la vie civile des officiers généraux [MIRVOG], deux tiers sont devenus salariés et un tiers d’entre eux se sont reconvertis comme… consultants.


Crédit photo : AFP

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici