☰ Menu eFinancialCareers

La place financière de Paris future capitale des ICOs ?

Commerce concept

Dans le cadre de la loi Pacte qui sera discutée au conseil des ministres mi-avril, le gouvernement souhaite légiférer sur les levées de fonds en cryptomonnaies et faire de Paris la capitale des ICOs ou « Initial Coin Offerings », ces émissions qui s’appuient à la fois sur l’usage des crypto-monnaies et de la technologie Blockchain et visent à financer des projets technologiques spécifiques portés par une entreprise ou une communauté de développeurs.

Le cadre réglementaire proposé serait celui de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), soit un régime d’autorisation optionnelle avec délivrance ou non d’un visa. Bercy, qui étudie de très près ce projet novateur et souhaite une réglementation qui favorise le développement de ces levées de fonds d’un nouveau genre, tout en protégeant le grand public et les investisseurs de potentielles dérives.

La législation qui serait alors adoptée serait très éloignée du cadre contraignant des introductions en bourses mise en place par les régulateurs étrangers. Aux États-Unis, par exemple, la Securities and Exchange Commission (SEC) veut appliquer une régulation dure conte les ICOs. Cela peut paraître surprenant sachant que le domaine bancaire est fortement régulé dans notre pays. Mais après tout, la France, désireuse d’accompagner l’innovation technologique, n’a t-elle pas été le premier pays européen à avoir mis en place un cadre réglementaire sur le crowdfunding ?

« D’un point de vue règlementaire il convient de concentrer les efforts sur la protection et l’information du consommateur sans sur‐légiférer afin de laisser la place à l’innovation et ainsi au développement de l’écosystème Blockchain », note Pierre Guérin, Manager chez Investance Partners. « La compétitivité et l’attractivité de la France dans le domaine sont en effet en jeu. Par ailleurs, la ville de Zoug en Suisse est devenue un lieu de référence pour les crypto‐monnaies et les ICO ».

Une place-forte des blockchains

« Plutôt que d’avoir recours aux sites de crowdfunding, au capital-risque, ou bien à la vente d’actions dans une introduction en bourse, un nombre croissant d’entreprises se tournent désormais vers l’ICO pour se financer », explique Jean David Benichou, fondateurs de Via.io qui regroupe business angels et investisseurs actifs dans les crypto currencies.

Cela dit, cette technologie n’en est qu’au début de son histoire et le champ des possibles est encore inconnu. Il n’empêche, les réactions des professionnels de la finance ne se sont pas faites attendre, et elles sont plutôt positives. Jugez plutôt :

« La volonté du gouvernement français d’encadrer les ICOs et de fixer un cadre clair à cet outil est indispensable. Cette politique va dans le bon sens et laisse penser que la France peut devenir une place-forte des blockchains », explique François-Xavier Thoorens, président de la coopérative Ark Ecosytem, 1ère cryptomonnaie française qui rassemble 30 chercheurs de 17 nationalités.

Et celui-ci d’ajouter : « Les fondateurs d’Ark Ecosystem se tiennent à la disposition de Bercy et des régulateurs qui souhaiteraient en savoir plus sur ces technologies, leurs enjeux et la mise en place des ICOs ». Selon Les Echos, Bruno Le Maire a confié à Jean-Pierre Landau, un ancien sous-gouverneur de la Banque de France, la mission d’analyser les risques liés aux cryptomonnaies.

Attirer les fintechs étrangères

D’ores et déjà, la capitale française a déjà réussi à attirer une douzaine de sociétés étrangères pour leurs émissions de jetons (communément désignés « tokens »), comme par exemple la société néerlandaise Multiven , la luxembourgeoise Pingvalue, l’israélienne ConnectJob ou bien encore la russe Naviaddress. Sans oublier les pays d’Europe de l’Est, en pointe dans les domaines de la blockchain et des ICOs.

Pour preuve, East-West Digital News et Crypto Apéro organisent un meetup et une conférence les 28 et 29 mars à Paris (inscriptions ici) autour des meilleures technologies blockchain d’Europe de l’Est. Français, estoniens, russes et slovènes, les participants échangeront sur les évolutions technologiques et les tendances de marché les plus importantes concernant les ICOs.


Crédit photo : peshkov / gettyimages

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici