☰ Menu eFinancialCareers

Ces nouveaux usages qui vont révolutionner (ou pas) les métiers de la finance…

Imaginer le secteur financier de demain est à la fois impossible et
indispensable...

Imaginer le secteur financier de demain est à la fois impossible et indispensable...

Le cabinet conseil Investance Partners spécialisé dans la stratégie et gestion du changement de l’industrie financière a publié ce mois-ci son nouveau rapport annuel “Year Ahead” sur les secousses subies par la banque, la finance et l’assurance. Thèmes retenus cette année : les crypto‐monnaies, l’intelligence artificielle et la robotique, la protection des données personnelles et la cyber sécurité.

« De nombreux métiers et notamment dans notre secteur de la Banque Finance Assurance peuvent être augmentés grâce aux progrès fulgurants de l’IA. Cela induit la nécessité pour les entreprises de revoir leurs organisations », relève Franck Dahan, PDG d’Investance Partners.

« En réponse au phénomène FinTech, les établissements financiers réfléchissent aux stratégies les plus adéquates pour « doper » leur culture d’innovation et répondre aux défis de la transformation digitale », précise Luc‐Sorel Om, partner directeur de l’innovation au sein d’Investance Partners.

Expérience et intuition

« Imaginer le secteur financier de demain, c’est à la fois impossible et indispensable », poursuit Luc‐Sorel Om. Impossible en raison de la diversité des marchés, des incertitudes de l’avenir, des évolutions technologiques continues. Indispensable car, par‐delà les effets d’annonce et la multiplication de nouveaux usages, il s’agit de préparer demain et d’anticiper les risques et les opportunités que pourrait causer la transformation digitale du secteur financier.

« Ici comme souvent, il n’existe aucune approche connue et seule l’expérience ou l’intuition peuvent nous aider à identifier des tendances et à proposer des scénarios repères », poursuit-il. Voici donc, sur la base des témoignages de quelques-uns de la quarantaine d’auteurs ayant contribué au Year Ahead 2018, ce à quoi vous attendre :

Crypto‐monnaies : un nouvel eldorado, vraiment ?

« Si 2016 a été l’année du développement des expérimentations autour des registres distribués (DLT) dans les services financiers, 2017 s’est clairement illustrée comme l’année des ICO (Initial Coin Offering). « Ce nouveau mode de financement peut‐il réellement devenir une alternative crédible aux modes de financements traditionnels pour les entreprises dans le contexte technologique et règlementaire actuel ? », s’interroge Pierre Guérin, Manager chez Investance Partners.

« L’application reste cependant restreinte aux start‐ups dont les projets se basent par essence sur une Blockchain. Le profil des investisseurs est également limité aux personnes les plus aguerries technologiquement de par la complexité des concepts mis en jeu », poursuit-il. Il semble donc que les professionnels des marchés de capitaux qui sont chargés des introductions en bourse classiques (IPOs) peuvent encore dorrmir sur leurs deux oreilles un petit moment…

A lire aussi : La place financière de Paris future capitale des ICOs ?

RGPD : le grand chantier de l’année…

Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) entrera en vigueur le 25 mai 2018. « A quelques mois de l’échéance beaucoup d’acteurs de la banque finance et assurance n’ont pas encore pris conscience de la révolution de que ce nouveau texte de l’Union Européenne va avoir sur leurs organisations dans les années qui arrivent », préviennent Preeti Ahluwalia et Julien Arsac, tous deux managers chez Investance Partners.

Les étapes de mise en oeuvre de la nouvelle réglementation au sein des établissements financiers (notamment les compagnies d’assurances) sont « la désignation d’un DPO (Data Protection Officer), la mise en place des contrôles et de la gestion des risques, le déploiement d’outils de gouvernance de l’information et de la formation en interne », rappelle Leyla Djavadi, avocate associée du cabinet Fourgoux et associés.

A lire aussi :SocGen prévoit de recruter près de 150 data experts en 2018

Cyber‐sécurité

Dans le secteur « Banque, Finance et Assurance », la protection des clients et des investisseurs est un enjeu majeur pour les régulateurs qui exigent des établissements financiers un protectionnisme toujours accru de leurs clients.

« Face à cette responsabilité permanente, le machine learning s’annonce comme la ‘contre‐mesure’ indispensable que les outils et les acteurs de la place semblent accueillir à bras ouverts », constate ainsi Samuel Laloum, manager chez Investance Partners. « Un atout majeur certes, mais qui peut s’avérer ‘bouleversant’ pour les architectures IT existantes dans l’organisation ».

A lire aussi : Le monde de la finance friand d’experts en cybersécurité

IA et Gestion d’Actifs : évolution ou révolution ?

Les métiers de la gestion d’actifs constituent un terrain d’application naturel pour la mise en oeuvre de l’intelligence artificielle, que ce soit dans l’amélioration de la connaissance de ses clients ou dans celle de l’analyse prédictive des marchés ou encore dans l’automatisation des activités des Middle et Back‐Office. Tel est le constat dressé par Laurent Schwartz et Jean‐Paul Farrugia, respectivement directeur associé et manager chez Investance Partners.

La disparition du facteur humain dans ces décisions de gestion, hormis toutes problématiques juridiques et règlementaires qu’elle soulève ne nous semble pas acquise à court terme tant les émotions, la sensibilité et, au final, l’originalité du gérant (et son alpha éventuel) en font autant de facteurs différenciants encore difficilement modélisables.

La société met au point un système de management assisté par ordinateur. L’objectif est que d’ici cinq ans, les trois quarts des décisions managériales puissent être prises par une intelligence artificielle. Le scope d’application ne concerne plus uniquement les stratégies d’investissements mais aussi les promotions internes, les embauches et, bien sûr les licenciements, soulignent les auteurs du rapport.

Mais faudra-t-il vraiment attendre cinq ans ? En Corée du Sud, part exemple, des robots recrutent déjà des humains…


Crédit photo : peshkov / gettyimages

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici