Banque par banque, voici les nouvelles priorités de recrutement pour 2018...

eFC logo
Hiring priorities

Où les recrutements auront-ils lieu en 2018 dans les plus grandes banques d'investissement ? A présent que ces dernières ont toutes publié leurs résultats de l'année 2017 et précisé leur stratégie pour les années à venir, nous disposons d'une meilleure vue d'ensemble. Ne vous attendez pas à de grands changements : pour la plupart de ces banques, il s'agira simplement de poursuivre les stratégies mises en place l'an dernier.

Vous trouverez ci-dessous notre résumé de la situation actuelle pour chaque banque. Attendez-vous à des embauches dans les domaines que nous mentionnons mais pas seulement. Les recrutements pourraient être plus importants que prévu étant donné que les banques ne divulguent pas toujours leurs intentions. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder comment UBS a recruté l'an dernier pour son activité de vente fixed income, discrètement mais sûrement.

Bank of America : Tout sur l'embauche de banquiers corporate aux États-Unis / la division banque d'investissement se porte bien / la technologie réduite pour plus d'efficacité

Si vous espérez cette année décrocher un job dans la florissante division de banque d'investissement de Bank of America, vous pourriez ne pas avoir de chance. Paul Donofrio, CFO de BofA, affirme qu'il n'y a pas de « points faibles » dans les activités BFI de la banque et que « toutes les équipes sont très fortes ». Les embauches ne devraient donc pas se bousculer.

De même, alors que d'autres banques ont souligné leur intention d'augmenter les dépenses en technologie en 2018, BofA a déclaré que celles-ci seraient stables à environ 2,7 milliards de dollars cette année. Le CEO Brian Moynihan, a déclaré que les informaticiens de la banque devenaient plus efficaces (« réduction du coût pour chaque unité de programmation») et qu'il n'est donc pas nécessaire de dépenser plus qu'auparavant.

Si BofA n'a pas l'intention de recruter en masse pour sa banque d'investissement ou ses activités global markets, elle devrait continuer d'étoffer ses équipes dans la division corporate banking aux États-Unis, où l'an dernier 400 banquiers d'affaires supplémentaires ont été embauchés pour ses bureaux régionaux outre-Atlantique. Comme les banques chassent les clients corporate avec l'intention de leur vendre des produits de couverture, des conseils M&A et de collecte de fonds, les banquiers corporate sont donc les bienvenus.

Barclays : Recrutements à venir dans les actions / embauches probables pour certains produits complexes / embauches attendues dans la technologie

Comme nous l'avons noté la semaine dernière, Barclays a embauché pas moins de 40 managing directors dans sa banque d'investissement l'an dernier, dont 20 dans ses activités de marché. La banque britannique ne l'a pas explicitement formulé, mais en 2018, il faudra certainement s'attendre à ce que ces nouvelles recrues obtiennent des résultats. Malgré tout, un recrutement supplémentaire est probable, en particulier dans les métiers actions, actuellement dirigés par Stephen Dainton, ex-banquier actions du Credit Suisse qui est arrivé en septembre.

L'an dernier, le CEO Jes Staley a déclaré que Barclays était trop tributaire des dérivés actions au détriment des cash actions et qu'elle avait l'intention d'y remédier. Tim Throsby, le patron de la banque d'investissement, a fait une présentation au troisième trimestre indiquant que Barclays avait l'intention de se concentrer sur les activités exécution électronique, macro, prime, actions et crédit (à peu près tout sur les marchés, donc).

Jes Staley n'a pas été explicite quant aux priorités d'embauche de la banque lors de la confcall de la semaine dernière ni dans la présentation qui l'accompagnait. Cependant, il a précisé que Barclays avait encore beaucoup de pain sur la planche concernant ses systèmes technologiques («nous n'en sommes qu'au début »). Pendant ce temps, Barclays a réaffecté des capitaux vers ses activités de trading produits dérivés à haut rendement, si bien que le recrutement de spécialistes de produits complexes semble une hypothèse sérieuse.

Bien que peu de choses aient été dites publiquement, des chasseurs de tête affirment que Barclays embauche pour son activité M&A au Royaume-Uni. Cela fait suite à de nombreuses embauches effectuées l'an dernier, comme par exemple celle d'Omar Faruqi, un ex-HSBC nommé en septembre co-responsable M&A UK.

BNP Paribas : Recrutements dans le corporate banking en zone EMEA / déploiement du digital / renforcement du contrôle interne et de la conformité

Le bon démarrage du plan stratégique 2020 de BNP Paribas CIB pourrait doper les recrutements…notamment dans le corporate banking en zone EMEA. En janvier, la banque française a  d'ailleurs débauché deux banquiers seniors chez Citigroup et JPMorgan pour se renforcer dans cette zone.

Côté IT, le pôle CIB accélère la transformation digitale avec 150 projets digitaux identifiés et le développement des interfaces clients digitales comme Centric, plateforme en ligne pour les entreprises. Du pain sur la planche pour les experts IT Finance…

BNP Paribas poursuit par ailleurs le renforcement de son système de contrôle interne et de conformité (notamment dans le cadre de ses activités de change) et augmente les contrôles de l’Inspection Générale. Le bon moment pour postuler dans cette dernière qui, chez BNP Paribas, recrute tout au long de l’année…

Citi : Focus sur la technologie et l'infrastructure "process re-engineering"

Citi n'a rien dit de précis sur ses plans d'embauche pour 2018. Elle a toutefois souligné son intention de continuer à réduire les coûts. Au cours du premier trimestre, le directeur financier John Gerspach a déclaré que la banque réalisait déjà des améliorations en terme d'efficacité dans son groupe clients institutionnels (FIG) et qu'elle avait l'intention cette année de « restructurer les fonctions globales » telles que conformité, finance et risque cette année.

Les avantages de cette ré-ingénierie seront visibles en 2019 et 2020, a déclaré John Gerspach. Citi a déjà indiqué vouloir réduire de 70 points de base les dépenses de la banque d'investissement en déplaçant le personnel vers des sites à faibles coûts. Citi ne l'a pas dit, mais elle a encore des départs à combler dans son équipe trading crédit après que des traders crédit seniors soient partis rejoindre Nomura.

Credit Agricole CIB :  Bonne tenue des activités credit, conseil et coverage / cap sur la fintech

Lors de la publication de ses résultats 2017, CACIB a confirmé la bonne performance des activités de la banque de financement ainsi que des activités conseil de la banque d’investissement. A suivre de près également : l’activité coverage où CACIB a procédé à une série de nominations l’an dernier.

Crédit Agricole CIB a réalisé début février son premier investissement en capital dans une fintech en entrant au capital de SETL, spécialiste de la blockchain privée appliquée à l’industrie financière, et qui est en mode recrutement...

Credit Suisse : Attente de résultats dans les actions / investissements dans la technologie et les robots / réduction des effectifs dans le contrôle

Credit Suisse a déjà réalisé d'importantes économies, mais ce n'est pas encore terminé. Lors de l'appel accompagnant les résultats du premier trimestre de la banque, le CFO David Mathers a indiqué que la banque s'attendait à supporter 550 M CHF de coûts de restructuration supplémentaires en 2018. Lors de sa journée investisseurs en novembre, Credit Suisse a déclaré qu'il transférait des emplois hors des centres de coûts élevés (ex : Wroclaw), automatisait les jobs de conformité et investissait dans l'intelligence artificielle.

Au cours du premier trimestre, le PDG Tidjane Thiam a déclaré que la banque disposait déjà de « 85 robots en production, avec l'objectif d'en utiliser 350 d'ici la fin de 2019 ». Il n'est pas aisé de savoir ce que feront ces robots mais Credit Suisse a indiqué l'an dernier qu'il prévoyait d'éliminer 45% de ses effectifs dans la conformité et le contrôle, grâce à la 'réingénierie des processus'et à la 'digitalisation'.

Tidjane Thiam a déclaré l'an dernier que le Credit Suisse avait fini d'embaucher dans les métiers actions et attendait maintenant de voir des résultats. Au cours de l'appel téléphonique de la semaine dernière, il a déclaré que les embauches de la banque dans les actions avaient été «très opportunes» et «rentables», mais que la discipline des coûts s'appliquait aussi bien aux actions qu'aux autres secteurs d'activité.

Deutsche Bank : Recrutements de juniors dans les actions / embauches d'informaticiens pour automatiser la compliance et les contrôles de la nouvelle plateforme Fabric

Après avoir enregistré une perte en 2017, Deutsche Bank n'a pas l'argent pour faire de gros investissements dans sa banque de financement et d'investissement en 2018. En effet, son CEO John Cryan a déclaré que Deutsche était encore au stade d'investir dans la réparation plutôt que dans la construction de certaines choses, Néanmoins, des recrutements sont possibles dans ce paradigme.

John Cryan a déclaré que Deutsche a déjà "embauché beaucoup de monde dans le secteur des data services clients", car elle cherche à rationaliser le nombre de clients avec lesquels elle travaille. A présent que ce processus de rationalisation est terminé, Cryan a déclaré que la banque avait l'intention d'automatiser le travail effectué par les professionnels des données clients. Comme d'autres banques, Deutsche cherche également à automatiser les tâches de conformité et de contrôle, à passer au cloud et à réduire le nombre de systèmes d'exploitation utilisés.

Si vous êtes un développeur qui envisage de rejoindre Deutsche Bank, John Cryan a suggéré que l'environnement de travail à la banque allemande était devenu plus agréable. Deutsche a ainsi introduit «Fabric», une nouvelle plate-forme qui «permet aux développeurs de déployer des applications en quelques minutes plutôt qu'en quelques mois».

Goldman Sachs : Poursuite des embauches de professionnels de la relation client dans le fiex income / poursuite de l'automatisation de l'activité actions / priorité au recrutement de profils ingénieurs

Goldman Sachs a été très claire sur sa stratégie pour 2018. La banque a déclaré l'année dernière qu'elle cherchait 5 milliards de dollars de revenus supplémentaires, dont 1 milliard provenant des devises, fixed income, et matières premières (FICC), 500 M$ des marchés boursiers et 500 M$ de la division de banque d'investissement.

Au cours de la récente conférence investisseurs, le CFO Marty Chavez a déclaré que Goldman continuait de recruter des cadres seniors pour ses activités FICC et se concentrait particulièrement sur l'embauche d'ingénieurs pour redéfinir les processus et construire des canaux numériques. Son CEO Lloyd Blankfein a ajouté en février que Goldman se concentrait sur «la meilleure exécution, le contenu et l'analyse», et que la banque était particulièrement tournée vers la construction de ses services d'exécution électronique et de financement de prime services.

Bon nombre des recrues de Goldman en 2018 sont susceptibles d'être des informaticiens : Blankfein a déclaré que 70% des embauches de trading électronique de Goldman l'an dernier étaient des ingénieurs. En février 2018, Goldman a déjà embauché Reinaldo Aguiar, un ancien ingénieur logiciel senior de Google, pour travailler sur le produit Marquee, qui permet aux clients d'accéder directement à son système de gestion des risques et des prix.

Goldman ne cherche pas seulement des ingénieurs, mais aussi des professionnels des relations clients. Comme nous l'avons déjà signalé, la banque veut recruter des banquiers locaux pour attirer des clients corporate à travers l'Amérique. Marty Chavez a indiqué que la banque avait embauché des "cadres seniors" pour couvrir des "entreprises de taille moyenne" à Atlanta, Dallas, Toronto, Seattle et ailleurs.

J.P. Morgan : Poursuite des embauches de banquiers d'investissement seniors / grosses dépenses en technologie

JP Morgan n'a pas dit grand-chose sur ses intentions d'embauche pour la banque de financement et d'investissement lors de sa journée investisseur, hormis le fait qu'elle avait l'intention de recruter "des banquiers seniors dans des zones ciblées." Jamie Dimon a ajouté que la banque se montrerait sélective et ne se contenterait pas d'ajouter des banquiers seniors juste pour le plaisir de le faire.

À l'instar de Bank of America et de Goldman Sachs, J.P. Morgan fait partie des banques qui comptent actuellement auprès des clients corporates aux États-Unis. « Je pense que la banque commerciale est le nerf absolu de tout ce que nous faisons. Cela consiste à délivrer l'ensemble de l'entreprise à nos clients d'une manière que très peu d'autres maîtrisent», a déclaré la CFO Marianne Lake lors de l'appel investisseurs du premier trimestre.

Comme nous l'avons indiqué, J.P. Morgan est un important investisseur en technologie (près de 11 milliards de dollars par an). Il a l'intention de dépenser 500 millions de dollars supplémentaires dans la banque de financement et d'investissement cette année, dont une grande partie devrait être consacrée à des initiatives technologiques.

Morgan Stanley : La réduction des coûts est terminée / pas de gros plans de recrutements

Si Morgan Stanley a l'intention de recruter massivement en 2018, ce n'est pas gagné d'avance. Car dans les faits la banque semble poursuivre une stratégie consistant à maintenir les choses stables. Le CFO Jonathan Pruzan a déclaré que la banque avait achevé son plan de réduction des coûts «Project Streamline» et économisé 1 milliard de dollars, notamment en exploitant des «centres d'excellence», en convertissant des consultants en employés et en mettant en œuvre des solutions technologiques.

Si Morgan Stanley se développe quelque part, c'est peut-être en Asie, où son CEO James Gorman a déclaré qu'il y avait des opportunités de croissance organique dans la banque d'investissement.

Natixis : développement des activités dérivés actions et structurés de crédit / renforcement des activités financement en Asie

Dans son plan stratégique 2018-2020, Natixis entend par ailleurs accentuer le développement des activités de dérivés actions et de structurés de crédit tout en favorisant le partage d’expertise et de savoirs entre les équipes, et de poursuivre le développement international, notamment aux États-Unis et en Asie-Pacifique. 

Les spécialistes de la titrisation de dette corporate sont les bienvenus chez Natixis. « Si les conditions de marché le permettent, nous avons l’ambition de lancer un CLO par an. Nous regardons également avec attention le marché américain pour nous développer à l’international », confirme Ibrahima Kobar, directeur général délégué de Natixis Asset Management, en charge des gestions taux et actions.

Le président François Perol avait déclaré l’an dernier des opportunités de croissance pour Natixis dans les infrastructures, le financement de projets et d’acquisitions en Asie. Depuis, Natixis a procédé à un recrutement senior, celui de Edmund Wong (ex-Standard Chartered à Hong Kong) dans sa division leverage and acquisition finance en Asie. Et a promu en interne Daniel Klinger comme responsable de la syndication de prêt en Asie-Pacifique et Bertrand Guiot responsable de l’infrastructure et des projets mondiaux, toujours en Asie-Pacifique.

SocGen : Bonne tenue des produits structurés / un plan stratégique qui fait la part belle à la BFI / renforcement du département recherche

Malgré les baisses de revenus enregistrées sur l'exercice 2017, certains métiers ont plutôt bien réussi à tirer leur épingle du jeu. C’est notamment le cas des produits structurés qui, dans un environnement de volatilité toujours historiquement basse, se reprennent, portés par une très bonne activité commerciale, notamment en Europe et en Amérique du Nord.

« Notre ambition s’articule autour de cinq priorités stratégiques et opérationnelles : croître, accélérer la transformation, en particulier digitale, de nos métiers, maintenir une stricte discipline de nos coûts, achever le recentrage du groupe, et ancrer à tous les niveaux de l’entreprise une culture de responsabilité », a déclaré son directeur général Frédéric Oudéa à propos des orientations du Plan Stratégique et Financier 2020 « Transform to Grow » présenté fin novembre.

Signe qui ne trompe pas : SGCIB a procédé ces derniers mois à plusieurs séries de nominations au sein de ses activités de marchés, de son département de recherche Cross Asset Research ainsi que du Groupe Institutions Financières (FIG).

UBS : Recrutements en Chine et aux États-Unis / renforcement des métiers actions / investissements dans la technologie

Tout comme Morgan Stanley, UBS a elle aussi de grands projets pour l'Asie. Sergio Ermotti, directeur général de la banque suisse, affirme que la banque d'investissement "reste concentrée" sur la croissance des revenus sur les marchés chinois et américains.

Toujours d'après lui, UBS prévoit de continuer à dépenser un peu plus de 10% de son chiffre d'affaires dans la technologie, ajoutant que l'argent récemment dépensé pour la réglementation et les litiges sera probablement réorienté vers les dépenses technologiques à l'avenir.

Enfin, Sergio Ermotti a déclaré qu'UBS entendait également tirer parti de sa force traditionnelle dans la vente et le trading actions, en mettant l'accent sur ses capacités de recherche et d'exécution.

A lire aussi…

Close