TÉMOIGNAGE : « Ces maladies qui affectent les banquiers d'investissement et comment les soigner... »

eFC logo
Bankrupted businessman with depressed look on his face

Si vous travaillez dans la banque d'investissement, vous pouvez tomber malade sans même vous en rendre compte ! J'ai été managing director dans une grande banque d'investissement américaine et j'ai été témoin de nombreuses maladies.

Je ne parle pas de ces maladies virales qui vous clouent au lit quelques jours comme c'est le cas dans n'importe quel secteur, mais je fais référence aux... maladies mentales. Ces dernières sont si pernicieuses que même votre médecin ne peut les guérir.

Dans la banque, elles sont particulièrement développées. Voici donc les trois grandes maladies qui affectent la plupart des banquiers. Chacune d'entre elles peut être surmontée à la condition de réussir à les identifier..

1. La maladie du surmenage

Travailler comme un dératé est une maladie mortelle. Pire, elle attaque ses victimes très en amont, parfois dès la première année de travail. Vous saurez facilement si vous êtes atteint, les symptômes typiques se caractérisant par le fait d'être coincé au bureau jusqu'à 23h00 le soir ainsi que les samedis et dimanches.

Cette maladie est difficile à guérir. Le protagoniste a une approche égotique du travail si bien que l'en éloigner est quasiment impossible. Il existe bien des remèdes, mais ils doivent être suivis à la lettre. Cela consiste à faire une pause le week-end, éteindre votre téléphone le week-end ou bien quitter le travail à 19 heures.

Pour vous aider, rappelez ce que Sénèque a dit sur la vacuité d'une vie trop remplie et l'inutilité de fournir un travail plus conséquent pour acquérir des choses supplémentaires qui n'en valent pas vraiment la peine.

2. La maladie du suivisme

Cette maladie concerne surtout les banquiers plus âgés. Elle est dangereuse au point de détruire des départements entiers quand ce n'est pas des banques entières. Les symptômes sont de se contenter de faire des choses que n'importe qui d'autre pourrait faire à votre place, ou bien de se contenter de faire des choses comme elle ont toujours été faites.

Pour vous auto-guérir, remettez en question ce que vous faites et demandez-vous s'il n'y a pas d'autres solutions plus efficaces. Rappelez-vous ce que le fondateur d'IBM, Thomas Watson, disait à ce sujet : « Suivez le chemin escarpé du penseur libre, quitte à prendre le risque d'exposer vos idées à la controverse ».

3. L'épuisement du "tapis roulant hédonique"

Enfin, la plus pernicieuse d'entre toutes les maladies dans la banque est l'addiction au tapis roulant hédonique. Si vous n'y prêtez pas attention, vous grimperez sur le tapis roulant et ne pourrez jamais en redescendre. Vous savez que vous êtes sur le fameux tapis lorsque vous travaillez dans la banque depuis plus de dix ans mais que vous dépensez plus que vous n'économisez chaque année.

Qui plus est, vous en avez ras le bol du job que vous occupez depuis plus d'une décennie mais vous le faites quand même parce que vous avez besoin d'argent. Surtout, votre présence se justifie par le fait que vous adorez dépenser de l'argent même si vous ne supportez plus le moyen d'y parvenir.

Là aussi, tâchez de vous auto-guérir. Réduisez votre train de vie. Vendez votre deuxième voiture, voire votre résidence secondaire. Et évitez de divorcer.

WilowWallStreet est le pseudonyme d’un ancien managing director de Goldman Sachs, auteur du blog What I Learnt on Wall Street.

Crédit photo : SonerCdem / gettyimages

A lire aussi…

Close