☰ Menu eFinancialCareers

Harcèlement sexuel : une ex-stagiaire en salle de marchés pointe du doigt… les téléphones portables

Staying connected = staying current

La semaine dernière, Nadia Moukaideche a perdu son procès alléguant qu’elle avait été victime de harcèlement sexuel alors qu’elle était stagiaire au Crédit Agricole à Londres.

Cette ancienne analyst avait alors soutenu que l’environnement de la salle de marché de la banque à Londres était dominé par les hommes, que son patron ‘parlait ouvertement des drogues et des prostituées’ et qu’elle était soumise à un environnement où la pornographique et les bruits d’animaux étaient la norme. Sa plainte a été rejetée et le Crédit Agricole est sorti victorieux. « Le jugement de l’affaire a été rendu le 3 janvier 2018 » , a déclaré une porte-parole de la banque. « Le tribunal du travail a rejeté dans leur intégralité les plaintes de Mme Moukaideche, car il a été établi que la banque ne l’a pas discriminée, harcelée ou victimisée ».

Cependant, Nadia Moukaideche ne compte pas en rester là. Elle continue d’affirmer qu’elle était sujette à un comportement dégradant et insiste sur le fait que les membres masculins de son équipe ont feint l’ignorance des événements ayant mené à son dépôt de plainte, l’un d’entre eux allant jusqu’à faire ‘semblant de ne pas savoir ce qu’était la pornographie’, pensant qu’il ne s’agissait que de ‘nudité’.

Nadia Moukaideche a quitté le Crédit Agricole en décembre 2016 et est désormais chef de projet chez Natixis à Paris. Si une chose doit changer, elle suggère que ce soit la présence de téléphones mobiles sur le trading floor. Bien que la plupart des banques interdisent les téléphones personnels dans le trading pour des raisons réglementaires, Nadia Moukaideche prétend que ceux-ci circulaient au Crédit Agricole et étaient utilisés par les traders pour « voir et échanger du contenu porno en toute impunité ».

Des allégations dans la même veine que notre article paru l’an dernier et qui rapportait le licenciement d’un banquier junior pour avoir envoyé un message inapproprié sur Tinder. À l’époque, cela avait été attribué à la confusion sur l’utilisation des téléphones mobiles personnels dans un contexte professionnel.

Nadia Moukaideche dit que le verdict rendu dans son procès sera préjudiciable aux femmes à travers la City : « Un jugement négatif n’est pas seulement une déception personnelle mais montre aussi la difficulté pour les femmes de rapporter de telles actions qui, considérées comme normales par une majorité, sont souvent accueillies avec mépris et condesendance ». Elle affirme que les femmes quittaient souvent leur ancien département pour « raisons personnelles » alors que les hommes restaient « pour de très longues périodes ».


Crédit photo : PeopleImages / gettyimages

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici