Mobilisation de la communauté financière française autour du climat

eFC logo
Business People Walking in Modern Financial District

Indéniablement, cette semaine est placée sous les auspices de la finance climatique. Ce mardi se tient en effet sur l'île Seguin (Hauts de Seine) le One Planet Summit lancé par le président Emmanuel Macron et visant à remobiliser les leaders internationaux de la finance autour des enjeux liés au climat. La veille, lundi, se tenait à Bercy l'édition 2017 du Climate Finance Day qui a réuni près de 1.000 représentants internationaux de l'industrie financière.

Cet événement, qui se tiendra dorénavant chaque année à Paris comme l'a annoncé Gérard Mestrallet, Président de Paris Europlace, a permis aux différentes parties prenantes, pouvoirs publics comme secteur privé, de prendre de nouveaux engagements pour accélérer le verdissement de la finance. Nicolas Hulot, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, a ainsi appelé les acteurs financiers à « accélérer la décarbonation de leurs portefeuilles et réduire progressivement leurs financements aux énergies fossiles, notamment le charbon, pour se tourner vers les technologies de la neutralité carbone ».

De son côté, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances, a annoncé le développement de nouveaux produits d'épargne grand public pour le climat, notamment des supports verts dans les contrats d'assurance vie, ainsi que la mobilisation pour des projets ayant un impact climatique favorable des sommes versées sur les livrets de développement durable et solidaire (LDDS) centralisés à la Caisse des dépôts.

Des marchés financiers... à la gestion d'actifs

Toujours à l'occasion du Climate Finance Day, l'Autorité des marchés financiers (AMF) a réaffirmé son engagement en faveur d’une finance durable. « Notre engagement n’est pas nouveau. Depuis plusieurs années maintenant, nous exerçons notre vigilance sur la transparence des entreprises cotées et des sociétés de gestion vis-à-vis des investisseurs et du marché dans son ensemble », rappelle Robert Ophèle, président de l’AMF. « Ce sujet majeur pour les générations futures anime également nos réflexions en cours pour l’élaboration de notre plan stratégique à cinq ans ».

Le développement du segment des obligations « vertes » constitue un axe important. Dans son dernier rapport RSE, l’AMF recommande aux émetteurs de veiller à la transparence de l’information donnée lors des émissions de green bonds et pendant leur durée de vie, notamment sur les critères utilisés pour déterminer le critère « environnemental » ou non d’un projet, l’allocation des fonds et le respect des engagements pris. De ce point de vue aussi, des progrès pourront être accomplis pour mieux structurer ce segment de marché au niveau européen.

Les enjeux climatiques impactent également la gestion d’actifs. C'est pourquoi l’AMF a entrepris dès 2015 d’évaluer l’information fournie aux investisseurs par les sociétés de gestion qui commercialisent des fonds sous l’étiquette ISR et de proposer des recommandations et des bonnes pratiques pour guider l’industrie. Elle vient de publier, le 7 décembre dernier, la deuxième édition de ce rapport qui a permis de constater une réelle amélioration des pratiques.

BNP Paribas : trois initiatives valent mieux qu'une...

A l’occasion du One Planet Summit, et dans le cadre de son engagement dans la lutte contre le réchauffement climatique, BNP Paribas a indiqué qu'elle continuait à accompagner l’ensemble de ses clients grâce à trois nouvelles solutions pour construire l’économie bas carbone.

A destination des investisseurs, BNP Paribas Asset Management lancera un fonds d’épargne pour le financement des PME/ETI européennes de la transition énergétique. Pour ses clients particuliers, BNP Paribas propose un prêt à 1% pour l’achat d’un véhicule neuf bénéficiant du bonus écologique. Enfin, à destination des entreprises et investisseurs, BNP Paribas Securities Services lance ClimateSeed, une plateforme dédiée à la mise en relation des investisseurs avec les associations porteuses de projets de compensation carbone.

SocGen : plein gaz sur... la transition énergétique !

Figurant parmi les leaders mondiaux du financement de l’énergie, Société Générale a décidé de renforcer ses engagements en faveur du climat. « Nous accompagnons nos clients dans leur propre transition, en leur offrant une large gamme de solutions durables, pour répondre à leurs besoins en matière de conseil, de financement et d’investissement » , indique Frédéric Oudéa, directeur général de Société Générale. « Nous allons poursuivre le développement de cette offre en nous appuyant sur nos capacités d’innovation et notre esprit pionnier ».

Et d'ajouter : « Dans le cadre d'une démarche responsable, et avec la volonté de renforcer notre engagement, nous avons décidé de prendre de nouvelles mesures fortes en faveur d’une économie moins carbonée, avec d'une part l'objectif de contribuer à lever 100 milliards d’euros de financements destinés à la transition énergétique à horizon 2020 et d'autre part le renforcement de notre politique sectorielle environnementale et sociale (E&S) Pétrole et Gaz ».

L’offre consolidée en matière de « Finance Durable et à Impact Positif » au sein des activités de banque de grande clientèle et solutions investisseurs participera à l’atteinte de ces objectifs.

Natixis : tous les métiers concernés...

La filiale de banque de financement et d'investissement du groupe BPCE prend elle aussi de nouveaux engagements en faveur de l’environnement et du climat. Ainsi, Natixis mettra en place en 2018 un mécanisme interne baptisé Green Incentive visant à prendre en compte les risques environnementaux et qui contribuera à favoriser les financements les plus vertueux au regard de la transition par rapport aux autres financements.

Ce mécanisme, dont les modalités pratiques seront précisées après une étude d'impact, s'appliquera aux métiers de financements de Natixis, dans la Banque de Grande Clientèle et les Services Financiers Spécialisés, dans le monde entier. Par ailleurs, Natixis s’engage à ne plus financer le pétrole issu des sables bitumineux ni les sociétés dont l'activité repose principalement sur l'exploitation du pétrole issu des sables bitumineux, et à ne plus financer l’exploration ni la production de pétrole en Arctique.

« Nous sommes convaincus que les institutions financières ont une responsabilité majeure dans la transition vers une économie sobre en carbone », déclare Laurent Mignon, Directeur Général de Natixis. « C’est dans cet esprit que nous avons inscrit la RSE, dans tous ses aspects, comme un levier majeur de notre stratégie, dans tous nos métiers... ». Que vous soyez spécialisé dans les financements d'infrastructures, la gestion d'actifs ou les émissions obligataires, vous devrez plus que jamais composer avec les enjeux climatiques.

Crédit photo : Bim / gettyimages

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close