☰ Menu eFinancialCareers

Bank of America pourrait accélérer son implantation à Paris… pour faciliter les recrutements

Observation deck overviewing Paris

Une page serait-elle en train de se tourner ? Depuis l’été dernier, certains des banquiers seniors de Bank of America (BoA) débattent sur le futur point de chute des traders de la banque américaine dans l’UE post-Brexit. Si le responsable equity, Fabrizio Gallo, privilégie Francfort comme futur hub de trading de la banque, ses collègues du fixed income, Sanaz Zaimi et Bernard Mensah, ont une nette préférence pour Paris.

Et ces derniers viennent de trouver un allié de poids en la personne de Tom Montag, le directeur des opérations (COO) de la banque, qui propose lui aussi de développer rapidement un hub de trading sur Paris. Certains des plus hauts dirigeants de la banque américaine ayant souhaité gardé l’anonymat ont récemment débattu des propositions de Tom Montag, selon des sources proches du dossier citées par Bloomberg. Celui-ci aurait encouragé ses subalternes à réfléchir avec audace et à prendre des mesures plus radicales.

Les dirigeants qui sont à ses côtés, notamment le responsable des ventes fixed income Sanaz Zaimi, auraient quant à eux avancé l’argument selon lequel une expansion rapide à Paris pourrait favoriser les recrutements, dans un contexte où la France qui cherche à attirer des milliers d’emplois financiers a pris des mesures fortes à destination des haut revenus et de leurs employeurs, comme la réforme de la taxe sur les salaires ou le fait d’exclure les bonus de la base de calcul des indemnités de rupture.

La prudence toujours de mise

Toujours selon Bloomberg, les dirigeants de la banque auraient par ailleurs discuté de la possibilité de modifier le plan initial qui prévoyait initialement de transférer une première vague de 200 vendeurs et traders sur Paris et Francfort. Ainsi, une proposition des dirigeants de la division Banque de Financement et d’Investissement, dirigée par Tom Montag, prévoit désormais le transfert rapide de 600 postes dans la vente, le trading et les opérations de Londres vers Paris. Tous métiers confondus, les managers auraient également évoqué l’idée de transférer plus de monde que le millier de personnes initialement prévu.

Pas question cependant de céder à la précipitation. La banque américaine est en effet susceptible d’opter pour une approche plus prudente, avec des transferts limités à quelques centaines de personnes dans un premier temps. « Qui sait ce qui se passera le jour J, mais c’est notre plan actuel, et nous sommes assez à l’aise avec celui-ci », a commenté Tom Montag. Car en fin de compte, le calendrier et les plans pourraient être très différents que ce qui a été annoncé. L’une des principales raisons pour laquelle BoA entend jouer la carte de la prudence est que beaucoup de choses sont encore en suspens. Le Royaume-Uni négocie encore les conditions de sa sortie de l’UE et pourrait, à terme, étendre ou préserver certains droits de passporting.

Officiel : un bail pour plus de 10.000 m2

En attendant, Bank of America vient de confirmer à Business Immo la signature d’un bail pour s’installer au 49-51 rue de la Boétie, dans le 8e arrondissement de Paris, dans un immeuble de bureaux de 11.000 m2, propriété de Poste Immo, et qui fait actuellement l’objet d’une restructuration. Des pourparlers avaient été annoncés par l’agence Bloomberg en octobre.

Le lieu est suffisamment grand pour accueillir environ 1.000 personnes (soit le même nombre que HSBC, elle aussi désireuse de transférer une partie de ses équipes londoniennes vers Paris, dans un immeuble du même quartier) mais dans les premiers temps il ne devrait être occupé que par 300 personnes, sachant qu’une partie des bureaux serait sous-louée. BoA y regrouperait ses collaborateurs travaillant actuellement rue Kléber et une partie de ses 4.500 salariés londoniens.

Après le transfert de Londres à Paris de l’Autorité bancaire européenne, la capitale française renforce donc encore un peu plus avec l’implantation de BoA sa crédibilité en tant que place financière continentale européenne post-Brexit.


Crédit photo : nullplus / gettyimages

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici