☰ Menu eFinancialCareers

Ce qu’il faut retenir de l’édition 2017 du classement FinTech 100 de KPMG…

Businessman  reading about fintech. Financial technology concept.

Le cabinet de conseil et d’audit KPMG et la société d’investissement australienne H2 Ventures spécialisée dans le domaine des fintechs ont publié ce jeudi la quatrième édition du FinTech 100, un rapport international de 112 pages sur les fintech les plus innovantes dans le monde en 2017.

A noter que le FinTech 100 se divise en deux catégories, à savoir le classement « Leading 50 » des 50 plus importantes fintechs dans le monde, sur la base de critères liés à l’innovation, à l’activité de recherche de capitaux, à leur taille et à leur portée, et le classement « Emerging 50 » des fintechs d’avant-garde qui proposent de nouveaux business models disruptifs, sur la base de la capacité d’innovation des produits et services proposés.

Voici donc, comme nous l’avions fait pour l’édition précédente du FinTech 100, la liste des principaux enseignements à retenir si vous souhaitez travailler dans une jeune pousse technologique de la finance à fort potentiel…

La Chine continue de dominer le classement

1. Ant Financial – Chine
2. ZhongAn – Chine
3. Qudian (Qufenqi) – Chine
4. Oscar – Etats-Unis
5. Avant – Etats-Unis
6. Lufax – Chine
7. Kreditech – Allemagne
8. Atom Bank – Royaume-Uni
9. JD Finance – Chine
10. Kabbage – Etats-Unis

« Avec neuf Fintech représentées dans le classement total, la Chine reste le leader mondial incontournable des start-up de la finance. » constate Fabrice Odent, associé KPMG, responsable des activités Financial Services. Cette année, Ant Financial conserve sa place de leader acquise en 2016. L’entreprise chinoise propose des services de paiement online et offre une plateforme mondiale de transactions financières, qui utilise les technologies internet mobile et le cloud computing.

Ce qui n’empêche pas l’innovation dans la Fintech de continuer à s’internationaliser, avec 29 pays représentés dans le classement – contre 22 pays en 2016. L’Europe représente 41 % du Top 100 et les Fintech européennes dominent dans le Fintech « Emerging 50 ».

Trois fintechs françaises de plus

En 2017, le classement intègre trois Fintech françaises de plus qu’en 2016. Parmi elles, Lendix qui se classe à la 45ème place du « Leading 50 ». Les cinq autres françaises appartiennent à la liste des Fintech « Emerging 50 », à savoir Alan, Lydia, Payfit, Qonto et IBanFirst, sachant que si l’agrément de cette dernière a été délivré en Belgique, l’activité de l’entreprise est principalement localisée en France.

« Depuis la première édition du classement Fintech 100, le poids des Fintech françaises ne cesse de croitre, c’est une excellente nouvelle pour le marché ! » explique Mikaël Ptachek, spécialiste Fintech chez KPMG. « Notre classement confirme ainsi une tendance de fond favorable et le dynamisme des entrepreneurs français, soutenus par un écosystème politique et financier qui investit dans de nombreux projets prometteurs »

Le prêt et le paiement toujours en tête

Les Fintech qui proposent des services de prêts et de paiements continuent d’être les plus performantes et les plus représentées – avec respectivement 32 et 21 entreprises retenues. Comme en 2016, 12 Insurtech sont représentées dans le classement.

« Le segment des Insurtech confirme son positionnement au sein du classement des Fintech », souligne Jacques Cornic, Associé KPMG, responsable du secteur Assurance. « La présence d’Alan au sein des six Fintech françaises illustre parfaitement la dynamique constatée sur le marché français, avec près de 50 Insurtech créées au cours des deux dernières années ».

Les Fintech les plus disruptives se démarquent

Les Fintech dites « perturbatrices » (« disruptor ») dominent le classement, avec 73 fintechs sur les 100 retenues. Leur valeur ajoutée réside notamment dans le fait qu’elles proposent de nouveaux business models, mais aussi des équipes qui pensent différemment et qui bousculent radicalement le paradigme de l’industrie financière. De plus en plus, ces Fintech présentent un fort intérêt, à la fois pour les investisseurs et pour les institutions financières.

« Le monde de la Fintech bouge extrêmement vite et constitue un accélérateur formidable de la transformation. La capacité de disposer de données de qualité ainsi que d’excellents outils d’analyse et de prédiction est fondamentale pour rester ou devenir un acteur majeur dans le secteur financier, que cet acteur soit un établissement traditionnel ou une Fintech », conclut Fabrice Odent. Voilà, vous savez tout (ou presque).


Crédit photo : designer491 / gettyimages

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici