Une VP de 31 ans chez JPMorgan explique sa démission dans un article devenu viral

eFC logo
Une VP de 31 ans chez JPMorgan explique sa démission dans un article devenu viral

Si vous n’avez jamais entendu parler de Lucy Puttergill, (ex-) vice-présidente des ventes Delta One chez JPMorgan, vous avez sans doute raté un épisode. Elle est l’une de ces femmes très médiatisées à quitter l’univers de la banque cette année. Le mois dernier, elle a publié sur la plateforme de blogging Medium un article expliquant les raisons qui l’ont poussée à quitter la finance au bout de dix ans, sans avoir anticipé l’avenir.

Lucy Puttergill a débuté sa carrière chez Citi en 2011, après un diplôme de l’Université de Bristol, obtenu avec mention Très Bien. Elle raconte n’avoir jamais vraiment avoir eu l’intention d’entrer dans la banque, mais qu’elle s’est retrouvée « par le plus grand des hasards » en entretien dans une grande banque américaine « qui cherchait quelqu’un parlant français. »

C’est ainsi qu’elle s’est engagée dans une carrière marquée selon elle par le « syndrome de l’imposteur ».

Lucy Puttergill revient sur ses pires moments, lorsqu’un stagiaire hors norme vint la voir pour l’observer dans son travail. « Je ne comprends toujours pas comment ils ont pu tout faire - stages de printemps, stages d’été, mastères en marchés financiers, stratégie quantitative et plein d’autres choses dont je n’avais jamais entendu parler, tout en prenant des cours de violon, en apprenant à lire aux enfants, en s’impliquant dans des actions caritatives à travers le monde et apprenant 7 langues, » confie-t-elle. « Je souriais, je hochais la tête et je faisais comme si j’avais bien sûr eu le même parcours, jusqu’à ce qu’ils me demandent comment j’avais décroché ce job. »

Au bout du compte, Lucy Puttergill avoue avoir eu l’impression de ne jamais « vraiment appartenir » à ce milieu et n’être restée dans la finance qu’en raison « du profond désir de prouver que je n’étais pas bête. » Et poursuit : « la banque, avec son étiquette de « grande puissance », m’a fourni de quoi me cacher – mon raisonnement (erroné) étant que si j’arrivais à ‘impressionner’ dans mon job, personne ne pourrait penser que j’étais stupide. »

Pourtant, elle confesse être devenue de plus en plus insatisfaite. « Le problème était que le travail en lui-même ne me rendait pas si heureuse – plus je progressais dans ma carrière et dans le luxe, plus je me sentais vide. » Le fait d’être célibataire et les questions incessantes de ses « amis adorés » hors de la finance sur les hommes dans sa vie n’arrangeaient rien.

Lucy Puttergill confie avoir tenté de pallier son insatisfaction en faisant carrière. Et aussi en s’achetant des vêtements : « quand la livraison arrivait, je ne ressentais que de la culpabilité, et ce petit pincement au cœur face au vide, et je repartais acheter autre chose. »

Jusqu’à finalement prendre conscience que cela ne menait à rien et qu’elle cherchait tout autre chose. « Vous avez une idée de ce qu’il y a de mieux qu’acheter pour 300 £ de fringues françaises ? » dit-elle. « Avoir une vraie bonne conversation, franche, au cours de laquelle vous vous dévoilez et vous rendez compte que la personne en face vous écoute vraiment. Ou pourquoi pas se balader dans le parc en automne, dans le froid, quand les feuilles changent de couleur ? Ou lire un livre qui vous captive au point de vous faire perdre la notion du temps et de n’en reprendre conscience qu’au bout de deux heures de lecture ininterrompue. »

Lucy Puttergill a quitté JPM en juin 2020. Elle occupe aujourd’hui son temps à « développer une identité » trop longtemps enracinée dans une « obsession de la réussite pour prouver sa valeur. »

« Je n’avais jamais prévu d’entrer dans la finance, tout comme je n’avais jamais prévu de quitter mon job à 31 ans, en pleine pandémie, sans rien après, » avoue-t-elle. « Mais j’ai toujours cette éternelle source de confiance au plus profond de moi qui me dit que tout fonctionne au mieux et que je suis exactement là où je dois être. »

Crédit photo : John T sur Unsplash

Have a confidential story, tip, or comment you'd like to share? Contact:  sbutcher@efinancialcareers.com  in the first instance. Whatsapp / Signal / Telegram also available. Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will - unless it's offensive or libelous (in which case it won't.)

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...
Loading...