Un hedge fund quantitatif recherche des générateurs de signaux indépendants

eFC logo
Un hedge fund quantitatif recherche des générateurs de signaux indépendants

Tout comme il n’est plus nécessaire aujourd’hui d’occuper un bureau en plein cœur de Londres ou dans le Connecticut pour travailler en hedge fund, il n’est pas plus indispensable d’être salarié à temps plein dans un hedge fund pour exercer dans ce secteur. Les fonds spéculatifs sont de plus en plus nombreux à faire appel à des ‘indépendants’.

Evidemment, personne ne les désigne par ce terme. Marco Dion, qui dirige la recherche du fonds quantitatif QRT – alias Qube Research and Technologies, lancé par Credit Suisse en 2016 – déclare sur LinkedIn rechercher des « générateurs d’alpha externes » alors que le site internet de QRT décrit ces mêmes collaborateurs potentiels comme des « contributeurs externes à la génération de signaux quantitatifs ».

Dans l’air du temps, les générateurs de signaux recherchés par QRT peuvent donc opérer depuis n’importe quel point du globe ; parmi les prérequis, il leur faut justifier de quatre ans d’expérience et de solides connaissances dans le développement de stratégies systématiques avec des ratios de Sharpe supérieurs à 1.5 en environnement fixed income, et de la capacité à créer des signaux prédictifs de qualité sur des périodes de détention de quelques heures à plusieurs semaines.

Le recours aux ‘indépendants’ n’a rien de nouveau, mais il est facile de voir intérêt qu’ils pourraient présenter dans le contexte actuel, grâce à la flexibilité qu’ils permettent en termes de base de coûts et à la récente prise de conscience que la présence au bureau n’est pas vraiment nécessaire. Selon certaines sources internes chez QRT, le fonds fait déjà appel à trois générateurs de signaux de ce type et a l’intention d’en porter le nombre à 20 dans les années à venir. Ces nouveaux collaborateurs non-salariés sont utilisés pour faciliter la transition de QRT vers les produits fixed income (matières premières, crédit et taux) au-delà de sa base actions. Les générateurs de signaux travailleront en toute autonomie, sans utiliser les systèmes de QRT, et seront rémunérés en fonction de la performance de leurs signaux. « C’est un peu comme une relation de couple à mi-temps, qui peut très bien fonctionner si le signal est générateur de revenus, », confie un initié, insistant sur l’approche, différente de celle utilisée dans les modèles de crowdsourcing de volume comme ceux de WorldQuant, Quantopian et consorts : QRT ne recherche que quelques signaux d’excellente qualité, pas des centaines qui nécessitent un examen approfondi.

Voilà qui pourrait intéresser les analystes en recherche quantitative en quête d’une reprise d’activité (ou éloignés dans leur maison à la campagne). Les fonds quantitatifs comme Oxam, Machina Capital et QuantPort ont en effet tous réduit leurs effectifs au cours des derniers mois.

Parallèlement aux postes ouverts aux indépendants, il subsiste tout de même des opportunités d’emploi à temps plein dans les fonds quantitatifs. QRT poursuit ses embauches « stratégiques ». Two Sigma à New York vient de débaucher Lave Ayediran chez JPMorgan pour lui confier un poste de vice-president, tandis que Paras Bakrania a quitté AQR pour un poste de product specialist chez GAM Systematic à Londres.

Crédit photo : Harshal Desai sur Unsplash

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available. Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

  

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...