Le bureau parisien d’Evercore attendra…

eFC logo
Le bureau parisien d’Evercore attendra…

Evercore Partners met en suspens l’ouverture de son bureau parisien après avoir échoué à concrétiser son recrutement.

Son CEO Ralph Schlosstein avait à l’origine mené des entretiens avec diverses recrues potentielles l’été dernier. Il dispose en effet d’un bon réseau à Paris, où il a vécu plusieurs années à l’époque où son épouse Jane Hartley était l’ambassadrice américaine en France sous la présidence Obama.

La société avait échangé avec deux banquiers seniors autour de l’ouverture d’un bureau dans la capitale, et avait même identifié un premier site provisoire ; elle a cependant repoussé ses plans après l’échec des recrutements et la dégradation des perspectives du marché.

La décision de ne pas finaliser l’opération a été prise à l’automne dernier et faisait suite à une expansion rapide. « Nous avons beaucoup recruté en 2018, et avons donc été plus prudents l’an dernier. Compte tenu de la tournure qu’ont pris les choses avec la COVID-19, nous sommes plutôt satisfaits de ne pas avoir de frais de personnels supplémentaires à Paris, » nous confie une source anonyme. « Nous avons des collaborateurs francophones à Londres et poursuivons notre activité depuis la capitale britannique. »

Au cours des cinq dernières années, Evercore a étendu ses opérations en Europe et au Moyen-Orient en ouvrant des bureaux à Madrid, Francfort et Dubai ; Paris reste en tête de liste pour la prochaine ouverture.

La décision de mettre Paris en suspens a précédé une série de licenciements. En janvier, Evercore annonçait une réduction de 6% de ses effectifs à l’échelle mondiale, l’Europe restant toutefois assez préservée – avec seulement 9 départs.

La décision d’Evercore de geler son expansion dans la capitale dénote une approche différente de celle de ses concurrents. En septembre, Greenhill a ouvert un bureau à Paris et recruté Amélie Négrier-Oyarzabal pour le diriger.

En avril dernier, c’était le tour de Centerview Partners, qui confiait la direction de son bureau à Matthieu Pigasse, l’ancien directeur de la banque d’investissement de Lazard. Matthieu Pigasse a rejoint Centerview accompagné de Nicolas Constant et Pierre Pasqual, deux anciens managing directors de Lazard.

Alors qu’Evercore avait toujours considéré Paris comme partie intégrante de son expansion européenne, Centerview a installé son activité française en mode indépendant, reportant directement à ses fondateurs Robert Pruzan et Blair Effron, basés à New York, plutôt qu’à ses partenaires de Londres. « Ce type de structure aurait pu permettre de conclure avec Matthieu Pigasse, mais Evercore souhaitait une approche plus pan-européenne et collégiale, » commente un chasseur de têtes bien informé.

Centerview a continué d’étoffer son équipe à Paris avec les recrutements de Godefroy Harika et Matthieu Sommier, devenus principals après avoir eux aussi quitté Lazard, suivis le mois dernier par Cyrille Wisniewski, transfuge de Bank of America nommé chief operating officer. Ils ont été rejoints dans l’aventure par Maxime Duffort, ex-stagiaire chez Perella Weinberg, et Cassandre Devoir, ancienne analyste M&A de BNP Paribas. Tous deux sont analystes au sein du département M&A.

Photo by Jp Valery on Unsplash

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available. Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...