Boris Johnson va-t-il provoquer la fuite des expatriés de la City de Londres ?

eFC logo
Boris Johnson va-t-il provoquer la fuite des expatriés de la City de Londres ?

Photo: Dan Kitwood/Getty Images

C’est officiel : l'ancien maire de Londres Boris Johnson va succéder à Theresa May au poste de premier ministre du Royaume-Uni. D’ores et déjà, il s'est déjà engagé à mettre en œuvre le Brexit au 31 octobre, la date butoir fixée après deux reports. Reste à savoir comment est vécue l'arrivée de Boris Johnson au 10, Downing Street par les financiers expatriés à Londres.

« Il n'est, bien évidemment, pas étonnant d'entendre des réactions très contrastées. Certains comparent son arrivée à une véritable fin du monde alors que d'autres ont une opinion plutôt favorable », nous indique sous couvert d’anonymat un trader français expatrié à Londres. « Cela étant, il est difficile de demeurer objectif compte tenu des controverses qui entourent Boris Johnson ».

« Du point de vue des financiers, la priorité immédiate est de suivre les conséquences de sa nomination sur les marchés financiers avec la livre sterling en ligne de mire », poursuit notre trader. « C'est simple : si la livre remonte grâce à lui, les expats l'adoreront même si certains jugent qu'il est complètement fou ».

Et le trader de conclure : « Concrètement, les expats veulent une livre qui vaut 1,20 euro au minimum. C'est compréhensible car cela donne un avantage certain à un job dans la City par rapport à un job à La Défense. Après tout le reste, c'est du charabia politique bien comme il faut ».

« Wait and see… »

Le fameux flegme britannique aurait-il fini par contaminer les expatriés de la City et Canary Wharf ? Toujours est-il que l’arrivée de Boris Johnson ne semble pas les déstabiliser tant que çà, habitués il est vrai aux nombreux retournements rocambolesques liés au Brexit : reports successifs de l’échéance, perspective d’un no-deal, etc. A tel point que certains ont pris les devants en demandant d’obtenir la nationalité britannique.   

 « Si l'on croit ce que disent les médias, le Brexit est l'équivalent d'une fin du monde pour l'Angleterre et tout particulièrement pour la suprématie de Londres. Est-ce que la situation sera compliquée ? Oui, assurément. Il y aura des moments difficiles à traverser mais penser que Londres ne va pas s'en remettre est absolument ridicule », conclut notre trader.

« Après le Brexit, Londres restera un acteur clé du secteur international des services financiers et des marchés de capitaux », rappelle Barbara Casu Lukac, directrice du Centre for Banking Research de la Cass Business School, dont les chercheurs pensent même qu’exercer dans la City sera synonyme d’avantages concurrentiels certains. 

Londres fragilisée ?  

En attendant, certains qui travaillent sur place se posent tout de même des questions. « Le Trump version UK vient d’être nominé. Il réalise son rêve de gosse mais sera-t-il à la hauteur d’un pays divisé de toute part ? », s’interroge un banquier d’investissement qui travaille pour une banque étrangère à Londres. « Les expatriés sont dans l’expectative et attendent quel sera le ton donné par un des acteurs majeurs du Brexit ».

« Indéniablement pro-business et pro-City, sa vision anti-immigration pourrait faire un tollé général chez les banquiers habitués à recruter ce qui se fait de mieux en Europe », poursuit-il. « Si les mêmes opportunités s’ouvrent sur le vieux continent, les professionnels de la finance pourraient en profiter pour fuir une ville chère et hautement concurrentielle... La fin de la place londonienne n’est pas pour demain mais son dynamisme est en péril ».

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...