LE secteur d’activité où vous devriez vous spécialiser dans le M&A en France et dans le monde…

eFC logo
LE secteur d’activité où vous devriez vous spécialiser dans le M&A en France et dans le monde…

Le cabinet d’avocats international Allen & Overy a récemment publié son rapport M&A Insights du premier semestre 2019. Principal constat : sur les six premiers moins de l’année, les opérations de fusions acquisitions ont baissé de 12% en valeur et de 18% en volume dans le monde par rapport à l’année précédente.

Complexité croissante de l’environnement technique de transaction, tensions commerciales entre grandes puissances, renforcement des réglementations et des contrôles de chaque pays, incertitudes géopolitiques : les motifs d’explication sont nombreux d’après les auteurs du rapport.

Malgré ce repli, le premier semestre atteint la barre des 2.000 Mds$. Un niveau qui reste historiquement élevé. La valeur des transactions américaines s’est accrue de 19% et représente environ 55% du total des transactions mondiales alors que les valeurs ont chuté de 57% en Europe et ne représentent plus que 14% du total des transactions mondiales.

La France arrive en deuxième position derrière les États-Unis pour les deals M&A transfrontaliers et continue de se renforcer au niveau international, comme ce fut par exemple le cas lors du rachat d’Anadarko par le groupe Total, mais également en acquérant de nouveaux produits potentiellement disruptifs, comme lors du rapprochement de Faurecia avec le japonais Clarion.

Cap sur… les services financiers

« Longtemps annoncé, le ralentissement de l’activité M&A s’est véritablement confirmé au premier semestre de cette année. Toutefois, des pointes d’activités sont sans doute à prévoir dans des secteurs qui n’avaient pas connu de croissance depuis longtemps, comme celui des services financiers », analyse Frédéric Moreau, membre de l’équipe M&A d’Allen & Overy à Paris.

Dans le monde, les opérations impliquant des acteurs du secteur des services financiers ont ainsi augmenté de plus de 7% au premier semestre 2019 par rapport à la même période en 2018 (soit 232 Mds$ en valeur). Alors que de tels chiffres n’avaient pas été atteint depuis douze ans, cette croissance fait entrer les services financiers dans une phase d’expansion inédite.

Ces résultats s’expliquent en partie par le poids de plus en plus important des Fintech, qui jouent un rôle de premier plan dans le dynamisme du secteur. Les évolutions technologiques sont si rapides et puissantes que les entreprises sont obligées de s’adapter en se rapprochant d’acteurs innovants, comme ce fut le cas avec la levée de fond fin janvier de Barclays pour la start-up MarketInvoice.

Par ailleurs, c’est dans l’énergie et les infrastructures, secteur qui voit de plus en plus l’intervention de fonds, que la somme totale des deals M&A est la plus haute avec 635 Mds$, malgré une baisse de 13% par rapport au premier semestre 2018. Le secteur des sciences de la vie connait quant à lui une augmentation remarquable de 17% (soit 363 Mds$) par rapport à la même période en 2018. Il s’agit du seul secteur, avec celui des services financiers, qui connait une forte croissance sur la période.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...