Frustration d'un banquier chez Citi à Paris qui n'a pas été félicité pour son dur labeur…

eFC logo
Trader pay Citi London Frankfurt

La banque d’investissement se veut un métier impitoyable, composé de prédateurs à la peau dure, qui se concentrent uniquement sur le résultat final. Mais les managers avisés savent que leur ego peut aussi être vulnérable. Si quelqu’un n’est pas invité à un dîner, se retrouve sur un desk moins courtisé, ne reçoit pas de courriel de félicitations, alors sa colère peut être décuplée.

Cependant, dans la division opérations actions chez Citi à Paris , il semble y avoir eu une version très extrême de ce phénomène autour de l’ego contrarié. Un dénommé Henri-Jean Reville, en charge du développement de l'activité 'Equity' de Citi pour la France, Belgique et Luxembourg, classé comme un top performer entre 2010 et 2015, devait penser que tout allait pour le mieux.

Puis, subitement, il s'est brouillé avec ses patrons et ses collègues ont commencé à le "fuir". Des collègues juniors ont été invités à des réunions à sa place. Et, pire encore, son nom a disparu d’une liste de personnes félicitées pour leur dur labeur. L’affaire de Citi qui s’ensuit devant le tribunal semble montrer que, aussi désagréable que cela puisse être, ce n’est pas vraiment une raison pour prendre un congé maladie ni constituer un « harcèlement » digne d’une demande de dommages et intérêts de 770 k$.

Comme toujours dans ce type d’affaires, difficile de dire qui a raison, et il est peu probable qu’il y ait un vrai gagnant, même si vous pouvez compatir avec quelqu'un dont la santé a été affectée par la façon dont il s’est senti traité au travail. Henri-Jean Reville affirme que tout cela a pris une tournure encore plus grave, qu'il a fait l'objet de réclamations infondées et qu'il a été critiqué lors de réunions, bien que Citi ait qualifié ces preuves de « maigres ».

Mais en regardant de plus près cette histoire, il n’est pas difficile de déterminer la cause probable du soudain changement de sentiment de Citi Paris vis-à-vis d’Henri-Jean Reville : l’argent.

Dis-moi combien tu gagnes…

En plus de son rôle de responsable des opérations de vente et de trading actions, le principal intéressé était responsable d’un portefeuille dont la valeur a diminué de 17% au premier semestre 2016 tandis que les indices CAC40 et Eurostoxx étaient stables sur cette même période. C’est donc une triste vérité au sujet de l’industrie financière : les gens sont toujours beaucoup plus gentils et respectueux lorsque vous gagnez de l’argent que lorsque vous venez d’en perdre un sacré paquet.

Cela pourrait bien être la vérité sous-jacente à cette affaire : dans un monde où la pression et les fortes baisses sont inévitables, vous devez être conscient que votre ego ne doit pas dépendre du fait que vos collègues vous traitent comme une star. Comme un ring de boxe, une salle des marchés peut être un endroit qui vous fera violemment découvrir qui vous êtes vraiment. M. Reville dirige maintenant son propre cabinet de conseil appelé «Botanist SA», où il peut être son propre patron, ce qui est finalement peut-être mieux ainsi.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Close