Comment passer de la banque au private equity, par une ex-associate de chez Goldman Sachs

eFC logo
Comment passer de la banque au private equity, par une ex-associate de chez Goldman Sachs

Vous souhaitez donc quitter la banque et travailler dans le capital-investissement ? Inutile de dire que cela arrive souvent, mais pas à tout le monde. Si vous travaillez pour une banque et que vous souhaitez passer sur le buy-side , vous devrez manœuvrer avec beaucoup de précautions.

Voici mon guide sur la façon de le faire, basé sur une observation personnelle. Bonne chance.

Étape 1 : Laissez les chasseurs de têtes venir à vous…

La plupart des transitions en private equity se font par le biais de chasseurs de têtes. Cependant, n'essayez pas de contourner ce processus en appelant vous-même les sociétés de capital-investissement (à moins que vous ne connaissiez déjà personnellement des cadres seniors). Les appels spontanés sont un processus extrêmement laborieux et qui prend beaucoup de temps, et qui vous porteront préjudice.

Si vous avez finalement été retenu / embauché (même si cela s’est fait via un chasseur de têtes quelques mois plus tard), l'entreprise qui vous embauche n'aura aucune obligation de payer le chasseur de têtes une fois que vous l'avez appelé en premier. Par conséquent, le chasseur de têtes n'aura aucune motivation commerciale pour vous aider et essaiera de recommander d'autres candidats à la place ...

Par conséquent, vous devez permettre aux chasseurs de têtes de vous trouver facilement. Assurez-vous que votre CV ou votre profil en ligne comporte davantage de mots-clés facilitant les recherches. Un de mes amis avait le titre « analyste IBD chez BAML » depuis des années et se demandait pourquoi il n’était quasiment jamais approché par les chasseurs de têtes. Sur mon conseil, il a remplacé IBD par « Investment Banking » et, tout à coup, dix fois plus de personnes l’ont contacté ... Vous devez laisser les chasseurs de têtes venir à vous.

Vous devez également savoir à quel moment les embauches ont lieu dans le private equity. Les chasseurs de têtes vous approchent généralement vers octobre-novembre lorsque vous êtes sur un cycle de paiement de bonus en janvier, et en mai-juin lorsque vous êtes sur un cycle de bonus en août. Tenez-vous prêt !

Parfois, le chasseur de têtes tentera de connaître votre email professionnel à partir du format email standard de la société dans laquelle vous travaillez, par exemple nom.prenom@company.com et vous contactera de cette façon. Ce qui pose problème si votre email professionnel est bizarre. Par exemple, si votre email contient un deuxième prénom, essayez de choisir le format de courrier électronique standard de la société si vous le pouvez, par exemple. adam.smith@company.com au lieu de adam.j.smith@company.com. Si vous êtes malheureusement coincé avec un email non conforme comme adam.j.smith@company.com et que vous n'êtes pas contacté, ce pourra être pour cette raison.

Si un chasseur de têtes vous contacte, ne répondez pas à partir de vos courriels professionnels. Et ne le transmettez pas à votre email personnel. Supposez toujours que tous vos courriels sont lus par votre patron. Dans de nombreuses banques, les managers reporting ont l'obligation de vérifier au hasard les courriers électroniques de leurs subalternes. Au lieu de cela, vous devez créer un fil de communication distinct avec le chasseur de têtes à partir de votre email perso. De même, votre téléphone du bureau est souvent enregistré (selon le desk); par conséquent, vous ne devriez pas prendre les appels des chasseurs de têtes au travail.

Étape 2 : rencontrez les chasseurs de têtes

Vous devez considérer les rencontres et les appels téléphoniques des chasseurs de têtes comme un premier entretien. Même si cela semble décontracté (« prenons un café et discutons de la façon dont vous vous en sortez »), ce n'est pas le cas. Vous êtes dans la compétition avec d'autres candidats que les mêmes chasseurs de têtes voient. Ils ont un intérêt commercial à recommander les personnes les plus susceptibles d'être embauchées et à les rémunérer. Ils réservent les meilleurs postes dans les meilleurs fonds de private equity aux meilleurs candidats.

Si vous savez exactement ce que vous recherchez (par exemple, le nom du fonds, l'équipe spécifique, etc.) et que vous pouvez expliquer clairement pourquoi, cela vous aidera énormément. Par exemple, vous pouvez dire que vous connaissez quelqu'un dans un fonds, que vous appréciez l'objectif / la stratégie de placement, que vous avez travaillé sur une transaction avec ce fonds ou qu'un membre de votre société / équipe actuelle y est allé. Soyez cohérent : ne dites pas que vous êtes intéressé par le capital-développement puis ensuite par le capital-risque.

Ne vous attendez pas à ce que les entretiens avec les chasseurs de têtes soient non techniques. Nombreux d’entre eux sont d'anciens banquiers et peuvent /vont s’informer sur certaines transactions / détails techniques mentionnés sur votre CV.

Ne soyez pas arrogant et n’agissez pas comme tel. Planifiez votre travail en fonction de l'emploi du temps du chasseur de têtes et essayez de ne pas le relancer à plusieurs reprises et de respecter son temps. Vous avez besoin d'eux plus qu'ils n'ont besoin de vous, et personne ne vous aidera une fois que votre réputation sera ruinée. Il est également probable que vous rencontriez plusieurs fois le même chasseur de têtes au cours de votre carrière.

Étape 3 : Préparez-vous pour vos entretiens

La préparation aux entretiens en private equity comprend trois éléments importants : (1) vos expériences de transactions, (2) la modélisation des connaissances et des compétences (LBO) et (3) des thèses d'investissement / des études de cas. Je recommande de commencer le processus de préparation au moins 6 à 8 mois avant la date où vous voulez changer de job.

La préparation pour des entretiens en private equity n’est pas quelque chose que vous pouvez bâcler en quelques semaines. Pour (2) et (3), je dirais que la préparation minimale est d’environ 100 heures pour étudier les techniques et développer les scénarios d’investissement à votre rythme (par exemple, pendant les temps morts au travail ou les week-ends).

Dans environ 50% des entretiens que vous aurez, vous aurez à parler de vos expériences personnelles en profondeur. Par conséquent, pendant le processus d’exécution de l’opération, vous devriez prendre beaucoup de notes et poser à vos aînés autant de questions stratégiques que possible. Assurez-vous que vous êtes non seulement impliqué, mais également que vous comprenez tout ce que vous faites et les décisions que prennent les banquiers seniors.

Étape 4 : survivre au processus d'entretien

Lorsque vous passez du secteur bancaire au capital-investissement, le délai entre le premier entretien et l'offre peut durer de trois semaines à trois mois, en fonction de la vive concurrence à laquelle vous êtes confronté en tant que candidat et du nombre d'entreprises où vous passez des entretiens en parallèle, ainsi que de l'urgence des postes vacants.

Malheureusement, vous aurez besoin de prendre beaucoup de temps libre et le desk risque de devenir méfiant vis-à-vis de votre comportement. Consultez mon article précédent sur le type d'excuses que vous pouvez utiliser pour vous faufiler aux entretiens.

N'oubliez pas que vous avez une chance d'être interviewé par chaque entreprise. Prenez cela en compte. Si vous ne connaissez pas la réponse, il est préférable de clarifier et d'éviter les suppositions. N’embellissez pas les choses sous peine d’être rapidement démasqué.

Les professionnels aguerris du private equity que je connais démontrent un niveau de métacognition extrêmement élevé ("savoir savoir", "penser à penser", "prendre conscience de sa conscience"). Essayez de démontrer cela lors de votre entretien.

Une fois que vous avez décroché quelques offres et que vous avez enfin sélectionner la meilleure entreprise après réflexion, il sera temps de quitter votre emploi actuel. Découvrez mon dernier article sur la façon de partir correctement, étape par étape.

Mai Le était associate en banque d’investissement chez Goldman Sachs avant de partir pour se lancer dans plusieurs activités. En plus d'écrire sur son propre blog (lequynhmai.com), elle dirige également une communauté de partage de lettres de motivation appelée Cover Letter Library (coverletterlibrary.com) et une plate-forme d'apprentissage communautaire pour les analysts baptisée Next Analyst (nextanalyst.com).

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Close
Loading...