TÉMOIGNAGE : « Des banquiers londoniens qui vont à Paris ? Déjà que l’Eurostar est une misère… »

eFC logo
TÉMOIGNAGE : « Des banquiers londoniens qui vont à Paris ? Déjà que l’Eurostar est une misère… »

Alors que les banques à Londres commencent à transférer du personnel à Paris en raison d'un éventuel Brexit, je connais de plus en plus de personnes qui envisagent de faire la navette entre la capitale française et Londres. - Peut-être pas tous les jours de la semaine, mais au moins le week-end voire en milieu de semaine.

Mon conseil : renoncez-y !

Je suis membre de la Carte Blanche d’Eurostar depuis que celle-ci existe. Pour ceux d’entre vous qui ne voyagent pas en France avec le train, c’est l’équivalent pour l’Eurostar du 'Frequent Flyer' pour ceux qui prennent l’avion. Certes, il existe un niveau d’adhésion méconnu encore plus élitiste, mais autant que je sache, il ne vous offre pas plus d’avantages que ladite Carte Blanche.

Celle-ci me permet d’accéder à des salons à Londres et à Paris et y inviter des amis et ma famille. Il y a des boissons gratuites, des petites choses à grignoter, des magazines et des journaux. Tout est très semblable à ce que vous auriez dans un grand hall d'aéroport.

L'Eurostar ne manque pas d’atouts. Lorsqu’il a déménagé de l’ancien terminal Waterloo de Londres pour la toute nouvelle gare de St Pancras, les salons internationaux ont été modernisés avec des bars à cocktails (je suis sérieux), des salles de bains en marbre (à Paris) et des en-cas plus variés.

Cependant, lorsque vous êtes un voyageur régulier Eurostar, tout cela est secondaire. Au fil des ans, j'ai constaté que le service diminuait progressivement. Certes, les salons se sont améliorés, mais le temps que vous pouvez y passer a rapidement diminué. Il est de plus en plus chronophage de monter dans le prochain train, et cela ne fera qu'empirer. Déjà, les procédures de sécurité s’allongent, le Brexit étant en quelque sorte « pré-testé ».

Si vous avez récemment voyagé avec l’Eurostar, vous saurez également que les douaniers français (autrefois réputés pour siroter des boissons dans les bars) ont lancé une « grève du zèle ». Autrement dit, ils font tout leur possible pour montrer à tout le monde (voyageurs et opérateurs de voyages) qu'un hard Brexit ramènerait votre déplacement à l'âge de pierre.

Cela signifie que les banquiers et les hommes d'affaires qui travaillent déjà entre Londres et Paris doivent maintenant renoncer aux avantages des salons et passer des heures à se frayer un chemin à travers des procédures dantesques de sécurité.

Mais ce n'est pas tout.

Au cours des cinq dernières années, Eurostar a retiré ses vieux trains confortables Alstom afin de les « moderniser » avec d’élégants trains Siemens. Sauf que ces « nouveaux » trains sont tout sauf confortables. Dix à quinze minutes passent encore, mais si vous restez assis pendant presque trois heures (mon record absolu étant proche des huit heures, en raison de « circonstances imprévues »), vous ne sentirez plus votre postérieur.

Au tout début des trains Siemens, Eurostar a reçu tellement de plaintes de ses voyageurs d'affaires qu'il leur a donné des « oreillers » supplémentaires. Il y a aussi l'éclairage, qui ressemble à un supermarché. Le seul avantage est le Wi-Fi (si et quand cela fonctionne). Vous pouvez donc tweeter votre mécontentement et travailler lorsque vous êtes à bord. - Vous en aurez bien besoin après toutes les heures gâchées dans les files d’attentes au quai d’embarquement.

Amit Itelmon est le pseudonyme d'un banquier senior qui voyage entre Paris et Londres

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Close
Loading...