Brexit : les relocalisations vers Paris s’accélèrent mais les recrutements en finance tardent encore à se concrétiser…

eFC logo
Brexit : les relocalisations vers Paris s’accélèrent mais les recrutements en finance tardent encore à se concrétiser…

« Dans un contexte plus incertain que jamais sur la concrétisation du Brexit, les plans de relocalisation s'accélèrent », confirme Arnaud de Bresson, délégué général de Paris Europlace, l’organisme de promotion de la place financière de Paris. « C'est le cas pour une partie au moins des activités de certaines grandes banques internationales et de certaines sociétés de gestion ».

Les recruteurs et chasseurs de têtes en finance que nous avons interrogés nous confirment l’accélération des relocalisations. « Des sociétés de gestion ont concrètement ouvert des bureaux à Paris », confirme Christophe Laville, consultant senior banque & services financiers chez Morgan Philips Executive Search. D’ores et déjà, Schroeder, Clerville Asset Management, Eleva Capital ou Smart Lenders ont franchi le pas, de même que Polar Capital ou H2O Asset Management.

Signe qui ne trompe pas, la chasse aux bureaux parisiens bat son plein. Cela dit, relocalisations ne riment pas toujours avec créations d’emplois. « Je ne constate pas d'effet Brexit sur les recrutements dans les métiers de la banque d'investissement en France pour l’instant », rappelle Odile Couvert, dirigeante et fondatrice d'Amadeo Executive Search. « Il y a un certain attentisme, notamment de la part des grandes banques américaines, quant aux développements du Brexit ».

Des efforts qui redoublent…

Quoiqu’il en soit, les acteurs de la place financière parisienne ne baissent pas la garde, bien au contraire. « Nous avons décidé de cibler davantage nos initiatives, à la fois par des contacts plus personnels avec les entreprises et en mettant l'accent sur les pôles d'excellence de la Place de Paris, et en présentant le plus précisément possible l'intérêt des différentes mesures d'attractivité prises par les Pouvoirs publics depuis deux ans », précise Arnaud de Bresson.

Paris Europlace œuvre également à l'amélioration des infrastructures d'accueil des entreprises et cadres étrangers, par la construction d'écoles internationales - grâce notamment à l'action menée par la Région Ile de France - et d'infrastructures de transport. Et poursuit ses chantiers couvrant une douzaine d'initiatives.  « A commencer par la relance d'un marché de produits dérivés compétitifs sur la place de Paris, jusqu'à l'amélioration de nos capacités de clearing euro », précise Arnaud de Bresson.

Un visa pour les profils tech

Si les mouvements de relocalisations concernent les secteurs de la banque et de la gestion d’actifs, il ne faudrait pas oublier les startups innovantes pour lesquelles la Place de Paris est également bien positionnée. « Nous ressentons un vrai appel d'air lié au Brexit. Lors du Paris Fintech Forum fin janvier, de nombreuses entreprises étrangères sont venues nous solliciter », témoigne Edouard Plus, à la tête de l’incubateur parisien Swave qui aide les startups de la finance à se développer.

En attendant, d’autres initiatives ont vu le jour pour tenter d’attirer les talents étrangers vers les fintechs françaises. Le gouvernement français vient ainsi de dévoiler une refonte complète du French Tech Visa pour les talents de la tech hors UE désireux de venir travailler en France. En cas de Brexit sans accord, le dispositif pourrait concerner les ressortissants britanniques.

Cette initiative vise à faciliter le recrutement de profils « rares en France » dans les startups françaises mais pas seulement. « Pour réussir sur le plan mondial, nous devons nous-mêmes devenir mondiaux, en termes de composition des équipes, de mentalité, de marchés, etc. », explique Kat Borlongan, directrice de French Tech Mission.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close