Quel avenir pour les prop' traders travaillant toujours dans les BFI françaises ?

eFC logo
Trader

BNP Paribas a décidé de fermer sa filiale de trading pour compte propre d'ici trois mois afin de déboucler ses dernières positions, selon une information de l'agence Bloomberg que la banque française n'a pas souhaité commenter.

Cette annonce n'est pas vraiment une surprise. Après la crise financière, les revenus tirés de ces activités de trading pour compte propre - qui comptent pour moins de 2 % des activités de la banque de financement et d’investissement et emploient tout au plus quelques dizaines de personnes - n'ont cessé de décroître.

L'entité de BNP a ainsi vu son résultat net passer de 46 millions d'euros en 2016 à seulement 650.000 euros à fin 2017. En outre, l'année 2018 a été compliquée en raison du retour de la volatilité sur les marchés, souligne une source citée par Bloomberg. La fermeture de l'entité permettra de libérer 600 millions d'euros de capitaux qui seront redéployés vers la BFI.

Reclassements en interne

Créée mi-2015 en application de la loi bancaire de 2013, la filiale de BNP Paribas dénommée Opéra Trading Capital et basée à Paris, dispose également d'équipes à Hong Kong et à Londres et emploie à ce jour 16 personnes (contre 25 lors de sa création) qui toutes devraient être réaffectées en interne.

Il faut dire que les proprietary traders n'ont guère l'embarras du choix pour se recycler, la plupart des banques ayant liquidé leurs structures de cantonnement. « Certains peuvent être tentés de monter leur propre structure pour faire du trading pour compte propre en misant leur propre argent ou bien encore rejoindre l’industrie des hedge funds », indique un recruteur en finance parisien ayant préféré conserver l'anonymat..

En attendant , BNP Paribas n'est pas la seule banque française à être concernée. SocGen dispose elle aussi d'une filiale pour compte propre baptisée Descartes Trading en référence à l’école mathématique française chère aux opérateurs de marché et qui emploie encore une dizaine d'employés à ce jour.

Du prop'trading... au buy-side

A défaut d'être reclassés, ces derniers pourront donc tenter de se reconvertir dans le market-making ou le buy-side. Ainsi, un certain nombre d'anciens traders de la SocGen ont rejoint le hedge fund quantitatif Qube qui se trouve dans le giron de Credit Suisse et qui emploie quelques 150 employés.

D'autres ont carrément décidé de monter leur propre hedge fund, à l'image de Maxime Kahn qui, entre autres fonctions, a été jadis responsable mondial du prop'trading pour SGCIB et qui, en septembre dernier, a lancé le hedge fund One Eleven Capital avec l'aide d'autres banquiers issus eux-aussi de la SocGen.

De quoi donc donner des idées aux ex-prop'traders désireux de se reconvertir, même après un reclassement en interne. Car les connaissances et compétences qu'ils ont développé peuvent être facilement transgéérables dans l'univers des fonds spéculatifs où l'appétence au risque et la connaissance de produits complexes est vivement appréciée...

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...