☰ Menu eFinancialCareers

Ces grandes écoles qui ont fourni le plus d’analysts en 2017 chez Goldman Sachs, J.P. Morgan et Morgan Stanley à Londres

Office Buildings at Dusk, Canary Wharf, London's Financial District, England

Si vous discutez avec des recruteurs de jeunes diplômés dans les banques d’investissement à Londres, ils vous diront que ce qu’ils recherchent vraiment, ce sont des profils atypiques. En théorie, le candidat idéal a, en plus de la finance, étudié l’histoire ou la littérature anglaise dans de grandes écoles. De surcroît, il doit pouvoir se targuer d’avoir de nombreux centre d’intérêts autres que la finance. Car la théorie financière peut être enseignée, pas la créativité.

Cependant, à en juger la promotion 2017 d’analysts chez Goldman Sachs, J.P. Morgan et Morgan Stanley à Londres, les diplômés en finance et en économie ayant fait de nombreux stages en banque constituent toujours le gros des recrues. Qui plus est, ils sont le plus souvent passés par une université anglaise de renom à Londres, Oxford ou Cambridge. Et sans surprise, la grande majorité des recrues cette année ont été recrutées par les banques dans lesquelles ils avaient effectué leurs stages.

Nos classements sont basés sur l’analyse de 300 profils publics d’analysts ayant débuté cette année leur carrière dans des fonctions de front office de banque d’investissement ou finance de marché dans l’une des trois principales banques américaines que sont Goldman Sachs, JP Morgan et Morgan Stanley.

Au cours des années précédentes, la London School of Economics dominait le classement UK des promotions en banque d’investissement des grands établissements financiers. Cela dit, seulement 29% des diplômés de LSE ont postulé à des jobs en banque d’investissement, contre près de 50% en 2012. La LSE est certes toujours l’un des viviers de chasse les plus populaires pour les banques d’investissement américaines, mais l’écart s’est resséré avec l’University College London, l’Université de Warwick et Oxbridge.

HEC en tête des écoles françaises

Surtout, il n’y a pas que les universités britanniques qui intéressent ces grandes banques américaines. Comme on le constate dans les tableaux ci-dessous, les diplômés d’HEC sont de plus en plus nombreux à être recrutés comme analyst chez JP Morgan et Morgan Stanley (respectivement 9% et 7% de la promotion 2017 contre 6% et 3% de la promotion 2016).

L’école de Jouy-en-Josas se classe ainsi à la 3e et 4e place des universités préférées de JP Morgan et Morgan Stanley. A noter que Morgan Stanley semble aussi apprécier les diplômés de l’ESCP Europe, à la 5e place de ses universités préférées. A contrario, les universités françaises ne sont pas le vivier prioritaire pour Goldman Sachs : l’Essec et HEC ne se classent respectivement qu’à la 11e et 14e place.

Crédit photo : gettyimages

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici