☰ Menu eFinancialCareers

Un message difficile aux jeunes banquiers : vous êtes juste de la chair à canon !

Canon

Si vous avez quitté l’université et décroché un job dans une prestigieuse banque d’investissement, vous savez évidemment comment tracer votre chemin. Vous avez toujours eu de bonnes notes, fait la bonne école et fait ce qu’il fallait faire. Vous avez l’impression d’être quelqu’un d’unique. Mais l’êtes-vous vraiment ? Et si vous étiez un Millennial trop confiant en lui à deux doigts de trébucher ?

Je ne veux pas vous ruiner le moral, mais si vous êtes analyst en banque d’investissement, vous êtes de la chair à canon. Vous êtes là pour faire des jobs abrutissants qui de toute façon finiront par être automatisés. Certes, on vous dit que vous êtes unique, que vous incarnez l’avenir, etc. Mais ouvrez les yeux : une nouvelle promotion de personnes similaire à la vôtre sera recrutée l’an prochain. A ce moment, près d’un tiers de votre promo aura probablement disparue – volontairement ou pas.

Votre capital confiance vient d’en prendre un coup ? Parfait !  Il n’y a rien de pire qu’un analyst de première année trop sûr de lui. Si tel est le cas, attendez-vous à ce qu’un grave incident surgisse.

Si vous voulez faire votre nid dans la finance, vous devez passer vos années de bébé-banquier en étant quelqu’un de pointilleux, sur qui l’on peut compter et entièrement impliqué. Vous ne savez rien : vous devez être prêt à en apprendre davantage sur cette industrie. Vous devez être professionnel et devez accepter le fait que, pour commencer, il est peu probable que vous rencontriez beaucoup de personnes au top niveau dont le salaire horaire est énorme et qui de toute façon ne s’attendent pas à ce que vous fassiez de vieux jours.

Vous devez faire vos preuves. Vous ne pouvez pas entrer dans la banque en pensant que vous êtes spécial. Vous ne l’êtes pas : on peut vous remplacer facilement.

La survie repose sur la patience et la morale. Les grands banquiers ne vous confieront un travail plus intéressant que lorsqu’ils commenceront à vous faire confiance, autrement dit quand ils pourront vérifier que vous avez été impliqué dans des transactions et que vous n’avez pas commis d’erreurs. Vous voulez de l’argent et une grande responsabilité? Vous allez devoir vous secouer !

Peut-être vous attendiez-vous à autre chose ? Peut-être pensiez-vous que vous verriez certains clients plus tôt. Faites preuve d’un peu de jugeote : pourquoi un junior comme vous serait en charge d’un client payant 10 millions de dollars de commissions ? Le risque est trop grand. Les clients ne sont pas là pour vous entraîner.

Alors, apprenez l’humilité. Apprenez à travailler efficacement dans des conditions incroyablement stressantes. Apprenez tout ce que vous pouvez sur la modélisation financière et Excel. Devenez un expert dans l’art de rédiger le parfait pitchbook. Si vous travaillez sur les marchés de capitaux, découvrez les instruments financiers et les véhicules de financement : comment fonctionnent-ils, quand sont-ils utilisés ?

Surtout, même si les banques parlent de laisser plus de temps libre aux juniors, acceptez qu’un client puisse vous appeler un samedi matin en vous demandant d’exécuter un deal d’un milliard de dollars pour l’ouverture des marchés du lundi. Vous voulez travailler 40 heures par semaine ? Les clients n’en ont que faire. Ils payent et sont donc en droit d’être exigeants. Oubliez vos vacances; oubliez votre week-end. Ce deal fera gagner à la banque beaucoup d’argent, et à vous aussi. Et si vous n’êtes pas totalement disponible lorsqu’un client important a besoin de la banque ? Alors vous ferez partie de l’histoire ancienne même si vous ne le savez pas encore !

Philippe Ersatz est le pseudonyme d’un ex-banquier senior equity capital market, aujourd’hui à la retraite

Crédit photo : DNY59 / gettyimages

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici