☰ Menu eFinancialCareers

Et si l’aventure était désormais dans les grands groupes à l’esprit start-up ?

Large Open Space Office

Les start-ups sont l’aiguillon transformant indispensable aux grands groupes. Elles enseignent une chose importante : quelle que soit la taille de l’entreprise, celle-ci doit rester connectée à sa start-up intérieure, c’est-à-dire à l’ADN à l’origine du succès initial. C’est la condition sine qua non pour se projeter dans l’avenir avec succès et attirer les talents de la nouvelle génération

L’inauguration de Station F, le plus grand incubateur du monde a récemment défrayé la chronique. L’intérêt de ce projet réside dans sa taille mais aussi dans la diversité des acteurs impliqués. Pour la première fois à cette échelle, de grands groupes tels que BNP Paribas, Microsoft ou Thales vont collaborer avec des start-ups qui évoluent dans leurs écosystèmes pour les accompagner dans leur croissance. En retour, ils profiteront de la capacité d’innovation et de disruption de ces dernières. La dichotomie entre les deux acteurs serait-elle sur le point de s’estomper ?

De la start-up à l’entreprise en phase de maturité

On oppose souvent start-ups et grands groupes. Pourtant, l’un et l’autre sont complémentaires. S’adosser à un grand groupe permet à une start-up d’avoir accès à un marché et à une clientèle importante. Les levées de fonds ou les rachats sont d’ailleurs le signe le plus évident qu’une start-up a besoin de grands groupes pour perdurer et évoluer. En retour les grands groupes bénéficient du potentiel d’innovation sur des compétences très spécialisées sur un domaine.

La plupart du temps, un grand groupe n’est d’ailleurs ni plus ni moins qu’une start-up qui a réussi. On parle beaucoup des GAFAM pour évoquer les start-ups mais Google, Amazon Facebook ou Microsoft ne sont plus des start-ups depuis longtemps. Pourquoi gardent-elles alors cette aura et ce glamour propre à la start-up ? Et pourquoi attirent-elles autant les milleniaux ? 

Entretenir la flamme des débuts

Les grands groupes qui réussissent, à l’image des GAFAM, ont su structurer, faire grandir et faire rayonner leur entreprise, tout en gardant la flamme et l’impulsion de départ. C’est la raison pour laquelle les talents qui les rejoignent aujourd’hui ont la même ferveur que ceux qui les ont ralliés à leurs débuts. Anciens salariés et nouveaux arrivants continuent ainsi à partager un élan, une vision et une conviction d’écrire une nouvelle page, à chaque instant.

Cette certitude que tout n’est pas dit et qu’il reste beaucoup de choses à réaliser est primordiale. Elle permet de se sentir impliqué dans une aventure collective et enthousiasmante. Un grand groupe qui se souvient de cette phase de son existence sait rester agile et remettre en cause les manières de faire. Il sait impulser l’innovation au quotidien pour continuer à servir cet « objet » de départ. Un grand groupe, autrement dit, est une start-up qui a grandi sans se renier, qui se souvient qu’il a apporté un jour une solution qui s’imposait à tous comme une évidence.

Le cas particulier d’une ESN

Il y a encore peu, le fonctionnement traditionnel d’une ESN, agent de transformation digitale par excellence des entreprises traditionnelles, était de faire ce que les clients lui demandaient de faire. Elle le faisait à l’état de l’art pour obtenir la satisfaction de son client. Cette époque est désormais révolue. L’ESN anticipe les besoins de l’utilisateur final et se positionne désormais comme un catalyseur d’innovation, au cœur même de la stratégie de ses clients. C’est ainsi que l’ESN interpelle son client grand compte en l’aiguillonnant : « Cher client, voilà ce que veulent vos clients et voilà ce que nous vous proposons de faire pour répondre à leurs attentes ».

Ainsi, l’ESN construit avec ses clients des solutions innovantes pour les conduire vers une nouvelle ère de développement. Dans cette période de transformation des usages et de bouillonnement technologique, les ESN réaffirment leur vocation : utiliser la force de ses clients grands comptes pour les reconnecter à leur start-up intérieure. De quoi séduire les jeunes talents en quête de sens et passionnés par le digital. 

Grand groupe + esprit start-up : combinaison gagnante pour attirer les Milleniaux

Dans un contexte de pénurie de talents digitaux, ces grands groupes en réinvention permanente sont particulièrement bien positionnés pour attirer les Milleniaux. En effet, un jeune diplômé qui intègre une start-up rejoint une idée. En revanche, s’il intègre un grand groupe à l’esprit start-up, il aura l’opportunité de capitaliser sur une puissance de frappe exceptionnelle, soutenue par des moyens et une expertise technologiques uniques, et de mettre celle-ci au service d’un projet client innovant.

Pour aller au bout de ce projet, dans la nouvelle ère collaborative, Il animera un écosystème d’innovation unique en son genre. Il travaillera dans une effervescence permanente avec d’autres start-ups, des partenaires ou des fournisseurs compétents sur le sujet, avec une seule ambition : faire avancer le client, ensemble, vers sa transformation digitale. Tout au long du projet, il pourra vivre une aventure enthousiasmante et construire, en lien avec cet écosystème, une solution transparente, en réponse aux besoins du client.

Dans cet univers sécurisant, l’erreur est permise. Le jeune diplômé pourra apprendre et grandir en compétence, tout en baignant dans l’innovation, au quotidien. Et si l’aventure était désormais dans les grands groupes à l’esprit start-up ?

L’auteure :

Christelle Pradier est directrice du recrutement chez Sopra Steria,leader européen de la transformation numérique qui propose l’un des portefeuilles d’offres les plus complets du marché : conseil, intégration de systèmes, édition de solutions métier, infrastructure management et business process services. Sopra Steria vient par ailleurs de lancer sa campagne de stages et d’alternance 2017/2018 (avec 1.000 stages et 350 contrats en alternance en France et à l’international) et poursuit sa campagne de recrutement pour accueillir près de 3 000 nouveaux collaborateurs en CDI en France pour l’année 2017. Les futurs collaborateurs participeront à des projets innovants, notamment dans les secteurs de la banque et de l’assurance.

Crédits photo : SolStock / gettyimages

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici