☰ Menu eFinancialCareers

Et si finalement Bank of America choisissait Paris pour en faire son hub de trading post-Brexit ?

L'immeuble art déco du 51 rue de la Boëtie à Paris

L'immeuble art déco du 51 rue de la Boëtie à Paris

Dans la course aux relocalisations post-Brexit, Paris semble avoir repris du poil de la bête en ce mois de septembre. Après l’annonce de l’arrivée du groupe d’assurances américain Chubb qui veut y transférer son siège européen, et le transfert du trading obligataire souverain de Londres vers Paris par Credit Agricole, c’est cette fois-ci un géant de la banque d’investissement qui lorgne sur la capitale française.

En effet, Bank of America (BoA) serait en train de négocier l’acquisition d’espace de bureaux à Paris afin d’y transférer une partie de ses opérations de trading dans le sillage du Brexit, selon deux sources proches du dossier citées ce mercredi par l’agence Bloomberg. La banque américaine n’a pas souhaité commenter cette information.

Toujours selon cette source, les négociations en cours porteraient sur la location d’environ 9.300 mètres carrés de bureaux au 51, rue de la Boetie, dans le 8ème arrondissement de Paris, à quelques encablures de l’Arc de Triomphe. L’immeuble, dans une partie duquel BoA pourrait s’installer, fait actuellement l’objet d’une rénovation par Poste Immo, filiale immobilière du Groupe La Poste. BoA, qui prévoyait initialement de transférer environ 300 employés sur Paris, pourrait au final en accueillir près d’un millier. Soit le même nombre que HSBC, elle aussi désireuse de transférer une partie de ses équipes londoniennes vers Paris, dans un immeuble du même quartier.

Vif débat en interne

Si BoA se garde bien de commenter l’information, c’est qu’elle n’a pas encore fait son choix. Cela fait plusieurs mois que certains de ses banquiers seniors débattent sur le futur point de chute des traders dans l’UE. Si le responsable equity, Fabrizio Gallo, privilégie Francfort comme futur hub de trading de la banque, ses collègues du fixed income, Sanaz Zaimi et Bernard Mensah, ont une nette préférence pour Paris.

Certains managers auraient même suggéré de répartir le trading par classes d’actifs entre Paris et Francfort. Quant au CEO Brian Moynihan, il a déclaré en juillet que l’emplacement idéal pour les principales entités juridiques de la banque dans l’UE était… Dublin, où BoA possède déjà une licence bancaire. Quoiqu’il en soit, la banque américaine devrait trancher assez rapidement, la fin du système de passporting européen avec le Royaume-Uni étant prévu pour 2019. En attendant, Paris n’est pas à l’abri d’autres bonnes nouvelles, notamment depuis que le gouvernement a pris des mesures fortes pour renforcer la compétitivité de la place financière parisienne.

Le Conseil des ministres ayant adopté ce mercredi le projet de loi budgétaire pour 2018, Paris Europlace se félicite de l’inclusion dans la proposition des mesures fiscales annoncées l’été dernier par le Premier ministre Edouard Philippe en faveur de l’attractivité de la place financière parisienne et demande que cette stratégie de compétitivité soit davantage amplifiée.

Crédit photo : Erwmat / Wikimedia Commons

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici