☰ Menu eFinancialCareers

The Australian Dream : le projet écolo d’un étudiant en finance d’une business school française

Alexis Dauliac et sa compagne, Caroline

Alexis Dauliac et sa compagne, Caroline

Alexis Dauliac, étudiant de 23 ans à Financia Business School et sa compagne, Caroline, vont partir à la mi-octobre prochaine vivre une aventure australienne tournée vers le bénévolat. Durant 6 mois, ils vont sillonner l’Australie en participant à des actions bénévoles au sein d’associations de protection de la faune et la flore locales.

« En effet, la faune et la flore de cette île sont menacées par le réchauffement climatique et l’homme. C’est pourquoi nous voulons rejoindre cette grande terre et faire un geste bénéfique pour notre planète. Le travail dans des refuges d’animaux (Koala, Kangourou, dauphin…), l’aide à la préservation de la grande barrière de corail seront nos principaux objectifs », expliquent-ils en chœur.

Leur périple australien va les emmener de Perth à Daintree en passant par Margaret River, le Parc national d’Uluṟu-Kata Tjuṯa, l’Île Kangourou, Melbourne, Tasmanie, Sydney, Koala Hospital et bien d’autres. Ils parcourront ainsi un peu plus de 10 000 km qui les amèneront à s’occuper de tortues de mer dans un centre de réhabilitation de Queensland, de Kangourous tout au long du parcours, de koalas dans un hôpital pour Koalas en Nouvelle-Galles du Sud et de la barrière de corail sur les plages du littoral du Queensland.

Une campagne de crowfunding

Mais même si le projet est altruiste, il a malgré tout un coût qui se partage entre l’achat d’un véhicule (Van) pour sillonner l’Australie et aller d’un refuge à un autre, de l’essence pour le faire avancer et une partie de la vie sur place. Le reste des frais, le jeune couple le finance lui-même : billets d’avion, visa,…

« Nous évaluons nos frais à 5.000€ », précise Alexis. Près de 1.700€ ont déjà été collectés sur la plateforme de crowfunding Globe Starter, mais le voyage arrive à grand pas (départ prévu le 18 octobre prochain) et il ne reste plus qu’un mois pour récolter la somme complète, alors le jeune couple tente de faire parler de son projet pour motiver les donations.

Alexis a en tout cas réussi à convaincre son école. « Quand Alexis est venu nous voir avec ce projet, c’est sa dimension humaine et écologique qui nous a séduit », rapporte Alfonso Lopez de Castro, directeur de Financia Business School. « Ce genre de voyage est un très bon exercice pour mettre en pratique ce qu’il a appris à l’école mais aussi pour développer sa capacité d’adaptation, essentielle dans le secteur de la finance pour réussir ».

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici