Dexia n'est pas encore sortie de l'ornière

eFC logo

Les résultats de la banque franco-belge, meilleurs que prévus, ont été salués par la Bourse.

Il n'y a pourtant pas matière à fanfaronner. Sur un an : -14 % de bénéfice net à 216 millions d'euros, - 27 % de résultat brut d'exploitation, - 31 % de revenus, sans oublier une exposition totale de 4,9 milliards d'euros à la dette souveraine de la Grèce, équivalent à l'exposition de BNP Paribas et supérieure à celle de SG.

Un début d'année difficile

2010 sera une année de transition et uneannée plus difficile , avait prévenu Pierre Mariani, dirigeant de la banque franco-belge en février dernier lors de la publication des résultats de 2009.

Les transformations en cours dans la banque de détail, activité désormais prioritaire du groupe conformément à l'accord conclu avec la Commission européenne, commencent à porter leur fruit. En Belgique, la banque de détail a ainsi vu ses dépôts progresser de 11 %. La mise en ceuvre du nouveau modèle de distribution suit son cours. Le nouveau concept d'agences ouvertes a déjà été implémenté dans 180 points de vente.

La division asset management a enregistré une hausse de ses actifs sous gestion de 3 %. En revanche, l'entité Financement des services publics et aux entreprises, signature de la banque, a subi une chute de ses revenus de 37 %.

Les bonus, cibles des syndicats

Autre sujet de préoccupation pour la banque : la gronde des syndicats à l'égard des bonus des dirigeants. Ces derniers ont appelé les actionnaires de Dexia à voter non aux bonus et au lien entre ces salaires et le cours de l'action.

Les syndicats ont chiffré la valeur d'un emploi , tout simplement en divisant les bonus de la direction (1,875 million d'euros) par le nombre de postes perdus (1.526 en un an dont 1.200 en Belgique), soit 1.228 euros par emploi disparu, et un gain pour notre seul administrateur délégué de 524 euros par emploi perdu.

Un bénéfice deux fois supérieur chez KBC

De son côté, KBC a enregistré au premier trimestre de 2010 un bénéfice net meilleur que prévu, et deux fois plus élevé que Dexia, soit 442 millions d'euros. Le bancassureur est exposé aux obligations souveraines grecques à hauteur de 1,9 milliard d'euros (lalibre.be).

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close