Vacances : j'oublie tout, sauf de travailler ?

eFC logo

Les réunions qui s'enchaînent, le téléphone qui n'arrête pas de sonner, la législation qui se complique un peu plus tous les jours... Le syndrome on sait quand une journée de travail commence, on ne sait pas quand elle finit est-il en train de gagner du terrain ?

Tous pays confondus, vous êtes 52 % à travailler au moins un week-end par mois, relève une récente étude internationale de Robert Half sur la charge et les horaires de travail, réalisée auprès de 2 300 cadres financiers. De quoi envier les professionnels espagnols, pour qui le week-end est sacré (65 % des répondants).

En Belgique, 45 % des professionnels interrogés déclarent ne jamais travailler le week-end. En vacances, vous êtes seulement 8 % à imiter Olivier Leleux, administrateur délégué de Leleux Associated Brokers : il emmène son ordinateur portable à l'hôtel mais quand même pas jusqu'à la plage ! Mes collaborateurs savent que je ne réagirai pas dans la minute et essaient de me contacter uniquement pour des urgences . Avec 8 % de stakhanovistes en maillot de bain, la Belgique est un des pays qui tiennent le plus à leurs vacances. Au Luxembourg, 26 % des personnes interrogées restent en contact avec le bureau pendant leurs vacances.

Les Belges, des financiers en dilettante ? Pas si sûr... Après une journée de réunions, vous profitez de vos soirées pour enfin pouvoir travailler tranquillement ? Rassurez-vous, vous n'êtes pas seul ! Près de deux tiers des personnes interrogées restent joignables en soirée par téléphone ou par mail (32 % de façon habituelle, 35 % dans les périodes de deadline). Si vous n'aimez pas être interrompu par la sonnerie de votre BlackBerry, ayez une pensée émue pour les Pays-Bas : les cadres financiers y sont 46 % à avoir l'habitude de rester joignables à toute heure.

Close