☰ Menu eFinancialCareers

Les résultats annuels de Dexia plombés par son plan de restructuration

À l’occasion de la publication de ses résultats annuels, la banque franco-belge a annoncé un bénéfice net de 723 millions d’euros en 2010 contre 1,01 milliard en 2009, soit une baisse de 28 %. Un résultat en ligne avec d’une part, une solide contribution de nos métiers commerciaux, en progression de 18 %, et d’autre part, une baisse des revenus financiers liée au recentrage du groupe sur ses franchises commerciales et une amélioration nette de son profil de liquidité , explique Pierre Mariani, administrateur délégué et président du comité de direction, dans un communiqué.

Plombée par le poids de ses activités de financement des collectivités territoriales pendant la crise, Dexia mise donc désormais sur la banque de détail pour équilibrer son bilan. D’ici 2014, Dexia entend même tirer 60% de ses revenus de la banque de détail et de la banque commerciale, contre 36% en 2007.

Il faut dire que la banque revient de loin, avec la mise ceuvre d’un programme de restructuration et de cession d’actifs, conditions imposées par la Commission européenne pour accepter son renflouement par les États belge et français. D’ailleurs, Jean-Luc Dehaene, président du conseil d’administration, ne cache pas que l’année 2010 a été difficile : Comme nous l’avons régulièrement précisé, 2010 et 2011 sont des années de transition dans notre stratégie de recentrage commercial et de renforcement de la structure financière. Nous avons franchi une étape importante en sortant totalement du support des garanties d’État sur le financement, et le déploiement de notre développement commercial est en cours .

Menaces sur l’emploi

Avec la mise en ceuvre de son nouveau plan stratégique à l’horizon 2014 censé justement réduire ses coûts, son profil de risque et son bilan, l’optimisme est de rigueur au sein de la direction de la banque. On ne peut évidemment pas en dire autant du côté des syndicats, qui exigent des garanties sur l’emploi jusqu’en 2013. Surtout que depuis le début de la crise, plus de 2 000 emplois ont déjà disparu. À la fin décembre 2010, le groupe ne comptait plus que 35 200 collaborateurs. Et l’écrémage n’est sans doute pas fini.

Nous en sommes au troisième plan d’économies, nous ne pouvons pas accepter d’être en restructuration permanente alors que dans le même temps M. Mariani dépense des montants pharaoniques pour payer des consultants ! Nous souhaitons obtenir plus de clarté , confiait récemment dans nos colonnes Jean-Michel Cappoen du syndicat SETCa, qui craint surtout des licenciements dans les postes d’exécution, le service informatique et la gestion du personnel, sans oublier le personnel de la salle des marchés bruxelloise.

Et ce ne sont pas les nombreuses rumeurs autour d’une recapitalisation de la banque qui vont rassurer le personnel. Dexia est encore fragile mais une recapitalisation n’est pas à l’ordre du jour , a d’ailleurs tenu à rassurer Pierre Mariani (Trends.be). Il est vrai que la banque se porte mieux, ainsi que le confirme Dirk Peeters, analyste chez KBC Securities : Il reste des efforts à fournir mais, c’est clair, sa situation financière est meilleure qu’il y a deux ans . Le tableau n’est donc pas si noir qu’il n’y paraît…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici