BNP Paribas Fortis : l'été des controverses

eFC logo

BNP Paribas Fortis se retrouve triplement au cceur de l'actualité de ce mois d'août : le volet judiciaire qui a entraîné la démission d'Yves Leterme du poste de Premier ministre refait parler de lui trois semaines à peine après son retour au gouvernement fédéral.

Deuxième raison de la présence de BNP Paribas Fortis sous les feux des projecteurs : la controverse à propos du statut exact du centre de compétences factoring . Il y a quelques semaines, le cabinet Modrikamen nous disait : Un centre de compétences, ça peut être une dizaine de personnes. Cette vision pessimiste des choses semble prophétique.

Les centres de compétences attribués à Fortis sont : le cash management, trade finance et factoring d'une part, et la division européenne commercial banking d'autre part. C'est De Standaard qui a révélé que le centre de compétences factoring serait en réalité une boîte vide . Le siège du service de factoring de l'ancienne Fortis Banque Belgique est à Turnhout, cependant l'entité juridique reste bien propriété de Fortis Banque Pays-Bas. BNP Paribas Fortis, la banque belge, n'aurait pas racheté la structure juridique à Fortis Banque Pays-Bas. Il n'y aurait jamais eu de transaction entre les deux institutions. BNP Paribas Fortis aurait simplement repris plusieurs collaborateurs pour pouvoir à nouveau offrir des services de factoring.

Jean-Michel Cappoen, en charge du secteur finances, s'interroge sur le chiffre de 500 départs cités à l'occasion de cette réorganisation : 500 départs sont prévus dans un accord pluriannuel qui prend fin cette année. Une chose n'est actuellement pas claire : la direction parle-t-elle de ces 500 départs ou d'autres 500 personnes ? Nous devrons attendre fin août pour en avoir le cceur net.

Last but not least : le milliard d'euros provisionné pour les bonus des traders fait abondamment, en cette période où l'actualité est au ralenti, les délices des éditorialistes.

Close