☰ Menu eFinancialCareers

Dexia : pleins feux sur la banque de détail

Une année, c’est le temps qu’il a fallu à la Commission européenne pour valider l’accord de restructuration de Dexia. Cet accord met fin à une période d’incertitude extrêmement pénible pour les collaborateurs de la banque, se félicitait lundi Pierre Mariani, administrateur délégué, de la banque franco-belge.

Un métier de banque normale

En contrepartie des aides massives qu’elle a reçues des Etats français, belge et luxembourgeois pour l’aider à surmonter la crise, Dexia devra réduire de 35% son bilan d’ici 2014 et remodeler son modèle, notamment en cédant de nombreuses activités basées à l’international. La banque aura désormais un profil nettement marqué par la banque de détail, qui pèsera 60% de ses revenus à l’horizon 2014 contre 20% seulement pour le financement des collectivités, sa spécialité. Et environ 20% des revenus viendront des activités de gestion d’actifs, assurances et services aux investisseurs.

La Commission européenne nous oriente vers un métier de banque normale, a commenté Jean-Luc Dehaene, président du conseil d’administration de Dexia, à l’issue de l’accord obtenu sur son plan de restructuration.

Les professionnels des marchés, grands perdants de l’accord

Les grands perdants de ce plan sont certainement les professionnels des activités de marché. Un an plus tôt, la banque franco-belge avait annoncé la réorganisation du groupe dans ce secteur, pouvant occasionner de 100 à 265 personnes, selon les sources syndicales. Je ne pense pas que les activités de marchés vont disparaître mais la commission demande de mettre la pédale douce. Certaines activités seront mis en veilleuse, anticipe Jean-Michel Cappoen, secrétaire général du SETCa, pour qui les mouvements dans ce secteur de la banque restent nébuleux dans la mesure où il est difficile de savoir si les départs se font sur la base du volontariat ou sous la pression du management. La banque a en tout cas confirmé lundi la fin du trading pour compte propre et la mise en liquidation de son portefeuille obligataire.

Mise en place d’une concertation sur la garantie de non-licenciement

Les syndicats, qui ont été informés après la diffusion du communiqué à la presse de l’obtention d’un accord, sont encore réservés, attendant d’évaluer les conséquences à long terme. L’objectif de réduction de 15% de réduction des coûts d’ici à 2011 a été maintenu. Déjà, 400 millions d’économies ont été réalisés sur les 600 millions programmés. Les 450 surpressions d’emploi en Belgique d’ici à 2011 sont toujours à l’ordre du jour. Il doit s’agir en principe de départs naturels ou départs à la pension. Nous avons enfin obtenu hier la mise en place d’une concertation sur la garantie de non-licenciement du groupe sur la Belgique, ce que la direction de Dexia s’était jusque-là opposée, à l’inverse de KBC et BNP Paribas Fortis, se félicite Jean-Michel Cappoen. La première réunion est prévue pour ce vendredi.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici