IT : la pêche aux perles rares est ouverte

eFC logo

La pénurie d'informaticiens est généralisée en Belgique, au point que la fédération professionnelle Agoria a lancé une campagne destinée à amener plus de jeunes sur les bancs des écoles d'informatique. Le chiffre de 14 000 postes vacants est fréquemment cité. Alors que les banques multiplient les stratégies pour attirer les spécialistes dans leurs filets, une question s'impose : où sont les candidats ?

Il y a un peu moins de dix ans, le bug de l'an 2000, le passage à l'Euro et la bulle Internet ont suscité de nombreuses vocations. Ces temps-ci, la décrue est sévère : il y avait 400 étudiants en informatique à l'ULB en 2003-2004, ils sont 255 en 2007-2008. Selon Benoît Dupuis, directeur de l'institut Paul Lambin, les entreprises pleurent pour avoir des stagiaires . Derrière les petites structures, l'industrie financière est le deuxième secteur le plus demandeur. L'espoir de ces employeurs est de transformer ces stagiaires en employés, en les formant aux métiers. Les profils expérimentés étant une denrée particulièrement rare sur le marché.

Pour François Tomas, senior consultant chez Hudson, une partie de la pénurie actuelle s'explique par le fait que les employeurs cherchent surtout des spécialistes et des doubles profils (IT / finance). Or, les jeunes diplômés rechignent souvent à suivre des formations complémentaires pour se spécialiser.

Pour recruter les perles rares, Mieke Horemans, responsable du recrutement chez ING, passe par le plus de canaux possibles : online, médias traditionnels, participation à des forums Emploi, etc.

Surtout, les établissements financiers maîtrisent bien l'argument salarial. Les packages salariaux des banques (3 800 € bruts en moyenne par mois après 4 ans d'expérience) sont en effet plus élevés que ceux des autres secteurs. Les candidats céderont-ils aux chants des sirènes ?

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close